Pravind Jugnauth: «Il n’y aura pas d’élections générales»

Avec le soutien de
Le Premier ministre a commenté plusieurs dossiers lors de la réunion du comité central du MSM, samedi 24 juin, au Sun Trust.

Le Premier ministre a commenté plusieurs dossiers lors de la réunion du comité central du MSM, samedi 24 juin, au Sun Trust.

Pour ceux qui auraient un doute, il tient à le dissiper. «Il n’y aura pas d’élections générales. Nous irons jusqu’au bout de notre mandat», a fait savoir haut et fort, samedi 24 juin, Pravind Jugnauth. Une déclaration faite à l’issue de la réunion du comité central du MSM, hier, au Sun Trust.

«Ena dimounn pe ékrir ki éna pression lor mwa, mé zot pa ankor konn mwa. Mo éna mo konviksion é mo pa pou step down. Mo pou continié faire mo travay», a martelé le Premier ministre.

Aucune décision prise

Commentant la démission de Roshi Bhadain, il a fait savoir que la partielle au n° 18 sera organisée conformément à la loi. Il s’accorde quelques jours, voire quelques semaines, avant de demander à la commission électorale de fixer la date du scrutin.

Le MSM présentera-t-il un candidat face à Roshi Bhadain ? «Nous avons abordé la question vendredi, lors de la réunion du bureau politique. Aucune décision n’a encore été prise quant à notre participation.»

D’autre part, le leader du MSM dit ne pas comprendre la décision de celui qui lui avait autrefois gratifié d’un baisemain. «Mo tann dire li pou repoz kandidat ankor non ?» a-t-il affirmé avec sarcasme. Et d’ajouter : «Li dir li pa anvi metro pass akoté ar larout. Bé kot li ti oulé sa passé ? Metro Express pou éna !»

Pour ce qui est de la décision de la Cour suprême, qui a autorisé le DPP à contester le jugement rendu dans l’affaire MedPoint devant le Privy Council, Pravind Jugnauth déclare qu’il respecte ce verdict, qui ne remet nullement en cause son Primeministership. Sous les applaudissements de ses partisans.

Le leader du MSM a, par ailleurs, salué le rôle de sir Anerood Jugnauth par rapport au dossier Chagos. Mettant l’accent sur le fait qu’il s’agit d’un combat apolitique, qui concerne avant tout la République de Maurice.


La «carte maîtresse» du gouvernement…

Il n’a pas joué cartes sur table. Samedi, lors de sa conférence de presse désormais hebdomadaire, Étienne Sinatambou a évoqué une «carte maîtresse» que le gouvernement compte sortir de sa manche après le «coup de poker» de Roshi Bhadain. 

Toutefois, le porte-parole de l’alliance Lepep n’a pas souhaité en dire davantage, restant évasif face aux questions des journalistes. «Vous en saurez plus en temps et lieu», s’est-il contenté de laisser entendre. «Nous allons attendre de voir ce que les partis de l’opposition comptent faire et quels sont les candidats qu’ils présenteront à la partielle.»
 

Publicité
Publicité

Roshi Bhadain a finalement mis sa menace à exécution ce vendredi 23 juin. Vers 18 h 30, la nouvelle de sa démission se répandait comme une traînée de poudre. Retour sur cette démission diversement commentée.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires