Assemblée nationale : quand les débats finissent en règlement de comptes

Avec le soutien de
Capture d’écran de l’Assemblée nationale du lundi 19 juin. La Speaker Maya Hanoomanjee a été reprochée de ne pas avoir rappelé le PM à l’ordre.

Capture d’écran de l’Assemblée nationale du lundi 19 juin. On reproche à la Speaker Maya Hanoomanjee de ne pas avoir rappelé le PM à l’ordre.

Le summing-up des débats budgétaires par le Premier ministre a pris des allures de règlement de comptes, le lundi 19 juin. Alors que Pravind Jugnauth disait répondre aux attaques de l’opposition, en particulier celles des députés du Mouvement militant mauricien (MMM), ces derniers disent, eux, que le Premier ministre a eu trop de liberté dans ses propos, égratignant au passage la Speaker Maya Hanoomanjee.

«Ce qui s’est passé lundi est une illustration de la constance de la Speaker. Elle n’a pas rappelé à l’ordre Pravind Jugnauth, même si ses propos étaient déplacés. En plus, une bonne partie de son discours n’avait rien à voir avec le Budget», déclare Reza Uteem, député du MMM.

En effet, la situation a vite tourné à l’affrontement, lundi, entre les députés du MMM et Pravind Jugnauth. Ce dernier a longuement parlé de l’alliance PTr-MMM en 2014, ou encore des circonstances durant lesquelles le remake a été mis de côté, en réponse au discours de Reza Uteem.

Le chef du gouvernement a par la suite enchaîné sur le cas en cour du secrétaire général du MMM, Ajay Gunness, en réponse au député Veda Baloomoody qui, lui, avait ciblé le conseiller du Premier ministre, Prakash Maunthrooa. «Pravind Jugnauth aurait dû retirer certains de ses propos mais personne ne le lui a demandé. Le summing-up a dérapé, l’opposition avait soulevé plusieurs questions pour lesquelles on attendait des réponses du Premier ministre. Mais en vain, il a juste fait de la politique. En tout cas, si une nouvelle motion de blâme contre la Speaker est débattue, nous aurons des munitions», ajoute le député bleu, Adrien Duval.

Nous avons essayé de joindre le chef de file des Rouges au Parlement. Mais Shakeel Mohamed était pris par les travaux de l’Assemblée. Si la Speaker a fait des rappels à l’ordre des deux côtés de la Chambre, l’opposition lui reproche de ne pas avoir recadré le Premier ministre. À titre d’exemple, Pravind Jugnauth a utilisé le terme «bouffon» à deux reprises et, cela, debout.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires