Paul Bérenger : «Le pays a besoin d’élections générales, pas d’une partielle»

Avec le soutien de
Le leader du MMM, Paul Bérenger, face à la presse le samedi 24 juin.

Le leader du MMM Paul Bérenger, face à la presse, le samedi 24 juin.

C’est lors d'un bureau politique (BP) spécial, le mardi 27 juin, que le Mouvement militant mauricien (MMM) étudiera les implications, pour le parti, de la démission de Roshi Badhain comme député de la circonscription no 18. C’est ce qu’a affirmé Paul Bérenger, leader du MMM, lors de sa conférence de presse tenue le samedi 24 juin, à l’hôtel Hennessy Park, à Ébène. Les Mauves aborderont aussi, à l’occasion du BP, la question de savoir si le parti présentera un candidat ou pas, pour briguer la prochaine élection partielle à Belle-Rose–Quatre-Bornes. Non sans préciser que le pays a plutôt besoin d’élections générales, qui devraient être organisées dans un délai raisonnable.

Paul Bérenger a aussi évoqué la victoire de Maurice aux Nations unies, sur la question de l'excision de l'archipel des Chagos de notre territoire national. Le pays a pu réunir une majorité de membres en faveur de la résolution visant à saisir la Cour internationale de justice pour un avis sur le démembrement du territoire mauricien.  

Le leader du MMM a qualifié cet évènement de grand moment pour le pays. Il dit regretter que Maurice n’ait pas accentué son lobbying, ce qui, selon lui, aurait permis au pays de rallier bien plus que les 94 voix obtenues en sa faveur. C’est surtout, dit-il, sur le vote des pays faisant partie de l'Union européenne que le lobbying effectué par Maurice a été en-deçà des résultats attendus.

Si on avait fait un forcing, estime Paul Bérenger, l’abstention de 22 pays de cette partie du monde aurait été des voix directes en faveur de la résolution présentée par Maurice. «Ces abstentions, a poursuivi Paul Bérenger, sont l'illustration même du niveau de considération de ces pays à l'égard de la Grande-Bretagne.»

«C’est un grand pas en avant», a néanmoins souligné Paul Bérenger, tout en saluant les pays qui ont soutenu la résolution de Maurice. Le leader du MMM dit cependant regretter la posture de la Chine, qui s'est abstenue,  du Canada, des Maldives, un pays voisin, et de la Turquie, entre autres.

Publicité
Publicité

Roshi Bhadain a finalement mis sa menace à exécution ce vendredi 23 juin. Vers 18 h 30, la nouvelle de sa démission se répandait comme une traînée de poudre. Retour sur cette démission diversement commentée.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires