Roshi Bhadain : «Je demande à Pravind Jugnauth de démissionner et de venir poser sa candidature contre moi au nº 18»

Avec le soutien de
Roshi Bhadain a rencontré la presse le samedi 24 juin.

Roshi Bhadain a rencontré la presse, le samedi 24 juin. 

«Parole donnée, parole sacrée.» C’est par ces mots que Roshi Bhadain, désormais député démissionnaire, a commencé sa conférence de presse ce samedi 24 juin. Le leader du Reform Party a tenu à s’expliquer sur les raisons de sa démission de la circonscription no 18, Belle-Rose–Quatre-Bornes. Son cheval de bataille : faire capoter le projet de Metro Express, surtout par rapport au tracé qui traversera la ville de Quatre-Bornes. Sans surprise aucune, il a annoncé qu’il sera candidat à sa propre succession lors de l’élection partielle qui se tiendra dans les mois à venir au no 18.

Roshi Bhadain devait réitérer le fait que le pays va au-devant de la banqueroute concernant le Metro Express, avec un endettement massif que devra supporter la population. «L’heure est grave, très grave. Le Budget de Pravind Jugnauth sera néfaste pour le pays. Ils ont d’abord dit Rs 17 milliards, puis Rs 20 milliards (pour le Metro Express). Le Budget fait provision pour 13 km de tracé mais il y’a 28 km entre Curepipe et Port-Louis. Cela veut dire que le projet coûtera bien plus cher. Cela mettra aussi les gens en danger sur les routes, car le tracé est au ras du sol.» 

Poursuivant, il dit accepter sa part de responsabilité dans les decisions prises quand il faisait partie du Cabinet. Que toutes les decisions n’étaient pas forcément les meilleures mais qu’il ne pouvait non plus pas aller contre sa propre conscience. Il a fait référence au cas de Betamax, maintenant avoir dit que le contrat était «abusif». Idem, selon l’ancien ministre des Services financiers, pour le cas de l’ex-BAI, concernant sa part de responsabilité dans les decisions. Mais, dit-il, «zamé monn finn ena nanien kont Rawat an tan ki enn dimounn. Kifer mo pou partisip dan kraz BAI alor ki mo ti minis dépi kat mwa ?»

Au sujet de sa démission, Roshi Bhadain devait affirmer que «sa gouvernman-la so kokin pé kout plis ki sa eleksion parsiel-la. Si éna enn sel mama ki ploré si so zanfan mor akoz sa Metro Express-la, zis sa li zistifié ki mo démisioné.»  Il fait un appel au Mouvement militant mauricien pour une opposition soudée, demandant à Paul Bérenger et à Rajesh Bhagwan de prendre leur responsabilité. «Lintéré nasional pas avan tou. Mo démann enn vot sanksion kont gouvernman.»

L’ancien député a aussi invité le Premier ministre, Pravind Jugnauth, à démissionner du Parlement et de venir ensuite poser sa candidature au n0 18 : «vinn dibout kont mwa dan Quatre-Bornes. Pa bizin lézot kandida MSM-ML !»

Publicité
Publicité

Roshi Bhadain a finalement mis sa menace à exécution ce vendredi 23 juin. Vers 18 h 30, la nouvelle de sa démission se répandait comme une traînée de poudre. Retour sur cette démission diversement commentée.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires