Résolution Chagos à l’ONU: ces opposants à la cause mauricienne

Avec le soutien de
Illustration des pays qui ont voté lors de l’Assemblée des Nations unies, jeudi 22 juin.

Illustration des pays qui ont voté lors de l’Assemblée des Nations unies, jeudi 22 juin.

«The UK calls for the withdrawal of the resolution as this is a bilateral matter and should not have been brought in front of the Chamber», a soutenu le représentant britannique devant l’Assemblée générale de l’ONU, jeudi 22 juin. Ce dernier a été rejoint dans ses propos par plusieurs Etats membres, notamment les Etats-Unis, le Chili, la Croatie ou encore la France.

«The dispute between the UK and Mauritius does not pertain to an issue of decolonization. It is a bilateral territorial dispute», a insisté la représentante des Etats-Unis. Un des points clés de l’argument des Etats ayant voté contre la résolution est que le contentieux devrait être discuté entre les deux parties. «This will only serve to the political gain of one party», a soutenu la représentante des Etats-Unis.

Malgré son appartenance au mouvement des non-alignés, le Chili s’est aussi rangé du côté de la Grande-Bretagne. Et ce, avec le souhait de voir les deux Etats régler ce problème entre eux. «We believe that this dispute can be solved between the two parties which we consider as close friends», a soutenu la représentante française. Ce sont pour ces raisons que la France, le Chili ainsi que la Croatie se sont abstenus.

Pour Milan Meetarbhan, ex-ambassadeur mauricien à l’ONU, cette stratégie de la Grande-Bretagne était purement politique. «Deux parties ne peuvent s’en remettre à l’ICJ que si elles sont toutes les deux d’accord. L’argument principal de la Grande-Bretagne était qu’à partir de maintenant, les pays membres de l’ONU qui ont un contentieux bilatéral peuvent utiliser l’Assemblée générale pour avoir accès à l’ICJ», explique-t-il.

Un autre point a, cependant, été mis en avant par les Britanniques : l’absence de l’excision des Chagossiens pendant les discussions bilatérales. «We were surprised to see that Mauritius included in its resolution the excision of Chagossians from the island. This is because this point was not discussed during bilateral talks», soutient le représentant anglais. Ce dernier, fait valoir que les Britanniques sont extrêmement embarrassés pour les conditions dans lesquelles les Chagossiens ont été forcés à partir. D’ajouter que les Britanniques continuent de soutenir les Chagossiens financièrement.

Du côté de ceux qui ont soutenu Maurice, l’on retrouve l’Inde, l’Egypte, le Venezuela ou encore le Kenya. Au cœur des arguments des pays favorables : la lutte pour la décolonisation.

«India is at the forefront of struggle against colonisation», a soutenu le représentant indien. Le représentant du Venezuela a même rappelé que la Grande-Bretagne avait déclaré les eaux autour des îles Chagos sont un «marine protected area», malgré les préoccupations mauriciennes.

Le représentant angolais de la Southern African Development Community a, lui, condamné la Grande-Bretagne. «This is clearly incompatible with the UN Charter.»

Publicité
Publicité

L’avis consultatif demandé par l’Etat mauricien à la Cour international de justice (CIJ) sera capital dans le combat pour le combat de Maurice sur l’archipel des Chagos. Nous vous proposons tout un dossier sur les divers articles qui ont été publiés sur le sujet. La parole aux Chagossiens, les revendications auprès de diverses instances, ou encore l’intervention de SAJ devant la CIJ…

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires