Grippe H1N1: deux patientes âgées décèdent

Avec le soutien de
A  l’hôpital Jeetoo où Jacqueline Desvaux, une des nouvelles victimes de la grippe H1N1, était admise, peu de Mauriciens sont venus se faire vacciner.

A  l’hôpital Jeetoo où Jacqueline Desvaux, une des nouvelles victimes de la grippe H1N1, était admise, peu de Mauriciens sont venus se faire vacciner.

La grippe H1N1 continue à faire des victimes. Le samedi 17 et le dimanche 18 juin, deux patientes testées positives à cette grippe sont décédées. La première est Jacqueline Desvaux, une habitante de Ste-Croix, âgée de 74 ans. Du côté du ministère de la Santé, il nous revient qu’elle a été admise depuis le 7 juin à l’unité des soins intensifs de l’hôpital Dr A.G. Jeetoo à la suite d’une infection respiratoire. Son état de santé était très précaire. Selon nos informations, la patiente souffrait de forte tension artérielle et de diabète. «Depuis le 7 juin, elle était suivie par le service hospitalier », affirme-t-on.

L’autre patiente décédée est Sounkan Atchia, âgée de 60 ans. Elle était admise depuis le 3 juin à l’hôpital privé Wellkin, à Moka, anciennement Apollo Bramwell. Tout comme la première victime, son état de santé était mauvais. En effet, on explique qu’elle avait des antécédents médicaux. Elle souffrait d’une grave insuffisance rénale. «Elle était sous dialyse.»

Depuis que la grippe H1N1 s’est manifestée, les patients soupçonnés d’avoir contracté le virus sont dirigés dans les Flu Clinics des cinq hôpitaux publics de l’île. Si, durant les deux semaines, précédentes, il y avait une grosse affluence de patients, au ministère de la Santé on dit noter une baisse parmi les patients depuis la semaine écoulée. «Les gens ont pris conscience de cette grippe. Ils ont commencé à adopter les bonnes pratiques. Et les patients ont diminué.»

Même constat du côté de l’Association des médecins privés. Selon son vice-président, le Dr Ishaq Jowahir, la situation se stabilise dans les centres médicaux. «Les gens se font vacciner.»

À ce jour, avec ces deux victimes, sept personnes sont décédées de la grippe H1N1 depuis le début de l’année et une de H3N2. La dernière en date est Savita Ayaperoomal, 33 ans, morte le 7 juin à l’hôpital Dr A.G Jeetoo.

La peine des familles

À Ste-Croix, le dimanche 18 juin, la famille de Jacqueline Desvaux s’organisait pour les funérailles. Parents, proches et amis étaient venus lui rendre un dernier hommage. Dans un cercueil blanc, la mère de deux garçons et grand-mère de trois petits-enfants a pris la direction de l’église de la localité. L’émotion était palpable. Les yeux larmoyants, son fils Jerry peine à parler. Il n’arrive toujours pas à croire qu’il ne verra plus sa mère. Selon un proche, Jacqueline était en bonne santé. Un autre proche affirme qu’elle souffrait de forte fièvre. «Inn fer tou test ar li. Inn gagn konplikasion tou de swit. Li ti dan ICU.» Tout le monde qui la côtoyait garde de bons souvenirs d’elle. Tous s’accordent à dire qu’elle était une personne «pleine de vivacité, joviale, gentille et très attachée à sa famille».

Vaccination : les centres en mode repos

L’exercice de vaccination se poursuit dans les cinq hôpitaux. Le ministère de la Santé a décidé d’étendre exceptionnellement les horaires d’ouverture des centres de vaccination pendant le week-end, soit de 9 heures à 18 heures. Le but étant de permettre à ceux qui travaillent durant les jours de semaine d’aller faire le vaccin qui les protégeront de la grippe H1N1. Le dimanche 18 juin, ils étaient nombreux à bouder les hôpitaux. Aux abords des centres de vaccination, il n’y avait pas de grosse affluence. À l’hôpital SSRN, par exemple, il n’y avait que des chaises vides. À l’hôpital Dr. A.G. Jeetoo, selon le personnel hospitalier, de 9 heures à midi, environ 500 personnes sont venues se faire vacciner. Quant à l’hôpital de Flacq, à 14 heures, seule une vingtaine de personnes se sont fait vacciner. Selon les chiffres officiels, 113 000 Mauriciens se sont fait vacciner de janvier à juin dans les services de santé publique.

Publicité
Publicité

Dès l’annonce, de nouveaux cas de la grippe H1N1, l’on s’alarme. Pourquoi ? Maurice a en tête la psychose qui s’était installée en 2009. Puis, en 2013. Faut-il vraiment s’inquiéter? Déjà, le point sur l’évolution de ce virus à Maurice.

D'autres articles »

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires