[Document] PNQ: «Maurice gardera la souveraineté d’Agalega malgré les investissements indiens»

Avec le soutien de
Le Premier ministre a, une nouvelle fois, indiqué qu’il ne cédera pas Agaléga à qui que ce soit.

Le Premier ministre a, une nouvelle fois, indiqué qu’il ne cédera pas Agalega à qui que ce soit. 

«Je n’ai jamais eu l’intention de céder Agalega aux pays étrangers.» C’est ce qu’a déclaré, catégorique, le Premier ministre à l’Assemblée nationale. Pravind Jugnauth répondait à la Private Notice Question (PNQ) du leader de l’opposition Xavier-Luc Duval qui était axée sur sa visite en Inde et sur les développements à prévoir à Agalega, vendredi 16 juin.

Le Premier ministre a, une nouvelle fois, donné la garantie qu’il ne compte en aucun cas céder Agalega. «Cet archipel fait partie de Maurice. Les investissements qui sont prévus à Agalega resteront pour les générations à venir et Maurice gardera la souveraineté malgré tout», a fait ressortir Pravind Jugnauth. Il a ajouté que «les précédents gouvernements au pouvoir ont tenté vainement de développer Agalega mais il faut donner la chance à l’Inde».

Le coût des développements inconnu

Quid du coût des développements ? «Si les anciens projets ont coûté entre 18 et 20 millions de roupies, pour ceux prévus, je ne peux pas donner de chiffre exact à ce stade car il faut attendre «l’expression of interest» qui sera lancée par l’Inde», a déclaré le Premier ministre.

Autre point soulevé par Xavier-Luc Duval: la longueur de la piste d’atterrissage qui devrait être construit à Agalega. «Pourquoi celle-ci doit faire 3 km de long alors qu’il n’y a que 300 habitants dans l’archipel ?» a questionné le leader de l’opposition. «Il faut penser sur le long terme. La piste d’atterrissage pourra accueillir un Boeing 737 airbus 321», devait répondre le chef du gouvernement. 

En ce qui concerne la protection de l’Air Terminal à Agalega, Pravind Jugnauth a indiqué que ce sont la Mauritius Ports Authority, l’aviation civile et les membres de la force policière qui s’assureront de la sécurité du port. Il a également tenu à préciser que l’archipel ne sera pas utilisé à des fins militaires.

Xavier Duval a, dans la foulée, voulu savoir s’il y aura un Environment Impact Assessment avant le début des projets. «Je ferai tout le nécessaire», a soutenu Pravind Jugnauth.

Le Premier ministre a également été questionné sur la ligne de crédit de Rs 500 millions de dollars américains (Rs 18 milliards) octroyée par l’Inde au gouvernement mauricien. Selon Pravind Jugnauth, «cet argent a dû être emprunté de l’Inde car au cas contraire on aurait trop puisé dans la réserve de devises de Maurice».

Consultez l’intégralité de la réponse de Pravind Jugnauth.

Private Notice Question by L'express Maurice on Scribd

Publicité
Publicité

Le coup d’envoi des débats budgétaires a été donné, lundi 12 juin. C’est le leader de l’opposition qui a été le premier à prendre la parole. S’en sont suivis des «Order ! Order !» répétitifs de la Speaker Maya Hanoomanjee, les prises de bec, les piques lancées du côté du gouvernement comme celui de l’opposition… Retour sur cette semaine houleuse au sein de l’hémicycle.

D'autres articles »

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires