Athlétisme: Le triple sauteur cubain Pichardo n'écarte pas l'idée de représenter le Portugal

Avec le soutien de
Exclu des prochains Championnats du monde à Londres (du 5 au 13 août) par la fédération internationale (IAAF) à la suite de sa «désertion», Pichardo ne compte pas baisser les bras.

Exclu des prochains Championnats du monde à Londres (du 5 au 13 août) par la fédération internationale (IAAF) à la suite de sa «désertion», Pichardo ne compte pas baisser les bras.

Le Cubain Pedro Pichardo, vice-champion du monde de triple saut (2013 et 2015), qui avait «deserté» la sélection cubaine fin avril pour s'engager au Benfica Lisbonne, n'a pas exclu mardi la possibilité de représenter le Portugal.

«Porter les couleurs du Portugal serait quelque chose de beau mais le plus important maintenant, c’est d’être au Benfica, atteindre les résultats d’il y a deux ans et reprendre l'entrainement avec mon père», a confié Pedro Pichardo à l'AFP.   

«Par la suite, je déciderai si je continue avec le Portugal ou un autre pays», a ajouté l'athlète de 23 ans sans préciser s'il avait effectué une demande de naturalisation dans son pays d'adoption.

Le champion du monde juniors 2012 est considéré comme l'un des grands espoirs de sa discipline. Il fait partie des cinq athlètes ayant sauté au-delà de la mythique barre des 18 mètres, avec un record personnel à 18,08 m établi à La Havane en mai 2015.

Exclu des prochains Championnats du monde à Londres (du 5 au 13 août) par la fédération internationale (IAAF) à la suite de sa «désertion», Pichardo ne compte pas baisser les bras.

«Je vais me concentrer sur les compétitions nationales et je ne me vois pas en situation d’exclusion à ce niveau. C’est triste pour moi, mais pour gagner quelque chose dans la vie, il faut faire des sacrifices», a livré le longiligne cubain.

«Benfica est la meilleure opportunité que j’aie eu, je ne pouvais pas ne pas la saisir. Je ne peux pas nier les conditions que j’ai ici, on te donne plus d'attention qu'à Cuba, mais le principal pour moi, c’est d’avoir mon père comme entraîneur», a lâché l'auteur de la quatrième performance de tous les temps.

Le sport professionnel est interdit à Cuba depuis la Révolution castriste de 1959 et le pays sanctionne les «déserteurs» qui n'ont plus le droit de représenter Cuba et se voient interdire l'entrée sur l'île pendant une certaine période. 

Ce n'est pas la première fois que Pichardo défie les autorités sportives de son pays. En 2014, il avait été suspendu six mois pour avoir refusé l'entraîneur imposé par la Fédération cubaine d'athlétisme. 

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires