L'express leaks du dimanche 04 juin au vendredi 09 juin

Avec le soutien de

Des bruits de couloirs, les derniers buzz ou les derniers scandales, l'express vous dévoile ce que les autres vous cachent.

Marchand de sirop

Une pharmacie de la capitale, dont les propriétaires sont apparentés à un avocat-parlementaire, est sous surveillance. Pour cause, le commerce est connu pour être l’un des plus gros distributeurs de sirop antitussif de la région. Le parlementaire est souvent vu dans la pharmacie en train de servir les clients de ses proches…

Le grand absent de ce matin

Son numéro aujourd’hui devait symboliser sa grande conversion d’un quotidien en un hebdomadaire. Mais ce journal pro-gouvernement, qui sera dirigé par une jeune femme très proche d’un «Advisor» au bureau du Premier ministre, a manqué son départ. Il se chuchote que les financiers tiquent après qu’un homme d’affaires à la tête du journal a été viré.

Conseillers-colleurs d’affiches

Des conseillers de village approchés pour coller des affiches hostiles à «l’express» ont refusé de s’exécuter. La demande leur a été faite par des intermédiaires envoyés par un conseiller du gouvernement et un membre socio-culturel. Encore pas mal d’affiches illégales déjà imprimées n’ont ainsi pas été collées. Avis aux colleurs : protection policière garantie.

Le PTR à Riche-Terre?

Un richissime homme d’affaires proche des rouges a proposé de mettre une de ses propriétés à la disposition du Parti travailliste pour ses activités politiques. Sa démarche survient après l’annonce de Navin Ramgoolam disant que le bâtiment en ruine du Square Guy Rozemont sera rasé pour un nouvel édifice. L’état-major de du PTr ne lui a pas encore donné une réponse. Si elle est positive, le nouveau quartier général des rouges sera à Riche-Terre.

La banderole qui vient de loin

Qui est l’auteur de cette banderole qui était accrochée à l’échangeur d’Ébène et qui demandait la démission de Navin Ramgoolam du Parti travailliste? Selon notre enquête, elle venait de très loin. Il s’agissait d’un groupe de dissidents travaillistes à la circonscription n°13 (Rivière-des- Anguilles–Souillac). Ce groupe avait déjà lancé une première offensive anti- Ramgoolam en se promenant dans la circonscription avec des T-shirts «Navin nou pa lé».

Aidez-vous et le ministre vous aidera

Il n’en peut plus. Ce ministre a nettoyé un endroit de sa circonscription à deux reprises à quelques semaines d’intervalle. Agacé, il n’a pas hésité à questionner ses mandants quant à leur responsabilité afin de conserver la propreté des lieux après un nettoyage. Surtout que ces derniers font appel au ministre et à son équipe pour nettoyer sans qu’eux ne mettent la main à la pâte. Ce qui l’irrite encore plus.

Détachés de presse

Bien qu’ils soient les ombres et les protecteurs de la réputation des ministres, les attachés de presse de ces derniers n’ont toutefois reçu aucune invitation officielle de la part du bureau du Premier ministre pour assister au discours du Budget. Ils ont dû assister au discours loin de leur ministre. De ce fait, la galerie publique était quasi-vide. Toutefois, ils ont été invités hier à Ébène pour le «Special Budget Insight».

Trafic d’influence

Une lettre de dénonciation contre une haute personnalité publique a récemment atterri sur la table du directeur de l’ICAC. Il y est allégué qu’elle ferait pression pour que trois fonctionnaires, rémunérés par l’État mais «seconded for duty» au sein d’une organisation non gouvernementale, puissent rester à leur poste actuel, contrairement aux règlements en vigueur. La lettre indique aussi que cette personne, qui jouit d’une certaine influence, donnerait des ordres aux hauts fonctionnaires du bureau du Premier ministre et influencerait des nominations pour mettre ses agents en poste.

Chasse gardée

Le message était clair. Elle ne laissera personne s’approprier le mérite pour le travail qu’elle a effectué. Malgré son congé de maternité, cette avocate est revenue au bureau pour procéder à la signature d’un accord avec des syndicats. La raison : elle a eu vent que son collègue voulait lui voler la vedette, alors que c’est elle qui a été la cheville ouvrière sur ce dossier.

Mauvais élèves

La «Speaker» Maya Hanoomanjee avait demandé aux députés autres que ceux de foi musulmane de rester à leur place pendant la pause lors du Budget. Ils étaient nombreux au sein du gouvernement et de l’opposition de faire fi de sa consigne. Plusieurs d’entre eux se sont mis debout pour se dégourdir les jambes alors que d’autres n’ont pas hésité à téléphoner en plein hémicycle. Pravind Jugnauth, en bon élève, est resté à sa place. Des membres du gouvernement en ont profité pour venir lui faire un brin de causette.

Un gouvernement, deux directions

Un journal arabe en ligne, «albiladdailyeng.com», n’a pas manqué de faire état de la confusion entourant la rupture de lien diplomatique entre Maurice et le Qatar. «Mauritius: One government, two directions», a-t-il titré dans son édition du 7 juin. Il raconte comment le bureau de Showkutally Soodhun a émis un communiqué pour évoquer la rupture des liens diplomatiques avec le Qatar mais, quelques heures plus tard, le ministère des Affaires étrangères a rétabli les faits.

Qui sont les vrais bénéficiaires ?

Les langues commencent à se délier concernant le rôle de cette firme d’experts comptables dans le sillage de l'éclatement de la BAI. D'aucuns dans le secteur financier s'accordent à dire qu'un exercice de «due diligence», comme effectué sur KPMG par l'ancien ministre de la Bonne gouvernance, livrerait bien des secrets sur les vrais bénéficiaires des actifs de l'ancien empire BAI.

Le ML abandonne le N° 4

Si c’était une circonscription qu’ils lorgnaient juste après les élections de 2014, les membres du Muvman Liberateur ont désormais quitté le terrain au n° 4 (Port-Louis-Nord-Montagne-Longue). Le parti avait en effet créé une cellule dans cette circonscription afin de soutenir et promouvoir la candidature de l’épouse Ravi Rutnah, ainsi que celle de Vijaya Sumputh. Cependant, à cette date, cette cellule paraît être morte, sans activité aucune.

Les messieurs d’abord 

L'inauguration du bâtiment du Mauritius Oceanographic Institute a vu un invité surprise : Ivan Collendavelloo. Sauf que n'ayant pas prévu de place pour lui à la table d'honneur, c'est la directrice de l'institut qui a dû lui céder sa place. Ceux présents n’ont pas manqué de faire la remarque que la seule femme présente à la table d’honneur a été forcée de céder sa place à un ministre qui n'est pas forcément acteur de ce secteur.

{{title}}

{{#if summary}}

{{summary}}

{{/if}} {{#if image}}
{{image.alt}}
{{/if}} {{{body}}}
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires