Un proche d’un ministre accusé d’agression

Avec le soutien de
Une déposition a été faite à la station de Moka contre un proche d’un ministre fraîchement nommé.

Une déposition a été faite au poste de Moka contre un proche d’un ministre fraîchement nommé.

Une déposition a été faite au poste de Moka contre un proche d’un ministre fraîchement nommé. La victime n’est nul autre que le policier posté devant la maison de ce membre du gouvernement. Selon sa déposition, il se serait fait copieusement insulter par l’individu en question.

Les faits se seraient déroulés dans la soirée du vendredi 9 juin, aux alentours de 20 heures. Dans sa déposition, le constable explique qu’il était en faction lorsque la voiture du ministre, conduit par son garde du corps, est arrivée devant le portail. La voiture revenait de l’aéroport.  A ce moment, un inconnu est sorti par la portière avant de la voiture, et est entré dans la cour du ministre et a commencé à l’insulter, lui demandant s’il ne va pas ouvrir le portail pour que le ministre rentre. Son discours était ponctué de gros mots.  Selon la victime, cet homme, qu’il voyait pour la première fois, avait de forts effluves d’alcool. Surpris, le policier l’a alors rappelé à l’ordre et lui a demandé son identité. Mais en guise de réponse, il a eu droit à encore plus de noms d’oiseaux. L’homme lui aurait ensuite craché au visage.

Le policier a même demandé au garde du corps du ministre, qui était toujours derrière le volant, de révéler l’identité de l’inconnu qui «agissait de manière excité», mais ce dernier a tout bonnement refusé. Dans sa plainte, le constable explique que le garde du corps lui a simplement dit «Kifer mo bizin dir twa couma li apeler ?» Le constable a alors essayé d’arrêter le cracheur, mais ce dernier a pris la fuite en affirmant qu’il est conseiller du ministre. «To pa coner are kisanla to p gagne zafer» devait-il dire avant de prendre la fuite. Une déposition de «Outrage against depository of public authority» et «assaulting police» a été faite contre le présumé conseiller et agresseur. Le constable a aussi précisé qu’au moment des faits, le ministre n’était pas dans la voiture. Il venait prendre l’avion.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires