Aquaculture: un permis accordé à un proche de Koonjoo intrigue

Avec le soutien de

Extrait d’une lettre du ministère de la Pêche datée du 22 septembre 2016 et indiquant que la demande pour un nouveau site en vue d’y lancer une ferme d’ostréiculture a été acceptée.

Ce dossier traité en un si court laps de temps fait sourciller. Et les interrogations se creusent davantage lorsque l’on sait que celui derrière le projet d’élevage d’huîtres dans la région de Mahébourg est Keshaye Beeda, neveu du ministre de la Pêche, Prem Koonjoo, et un des directeurs de Mascareignas Oysters Ltd.

Pourquoi avoir choisi cette compagnie ? Alors qu’une autre société regroupant des pêcheurs de la localité avait soumis un projet similaire au gouvernement, mais elle n’a pas eu de réponse ? Dans le cas de Mascareignas Oyster Ltd, le promoteur est passé par le Board of Investment et le ministère de la Pêche pour ses permis. La société a été incorporée le 9 mars 2016 et le ministère de la Pêche lui a donné le feu vert le 28 juin de la même année.

Selon les documents en possession de l’express, la Mascareignas Oysters Ltd avait, dans un premier temps, identifié un site un peu plus proche de la côte à la Pointe-Grande-Passe. Mais le 12 septembre 2016, elle a envoyé une requête officielle au ministère de la Pêche pour aménager la ferme d’ostréiculture à trois kilomètres de la côte, soit au lieu-dit Ananas. Dix jours plus tard, soit le 22 septembre, le ministère lui a donné l’autorisation pour ce déplacement.

La Mascareignas Oysters Ltd a l’intention d’investir Rs 16 millions dans ce projet. Dans un premier temps, elle projette de produire 20 000 huîtres pour l’exportation et 10 000 autres pour le marché local. À la longue, la récolte devrait passer à 80 000.

Nous avons sollicité le ministre Prem Koonjoo qui ne nie pas le lien entre lui et ce promoteur. Mais il insiste que la compagnie a respecté toutes les procédures. «Elle a envoyé son dossier comme toute autre compagnie. Je n’ai jamais rencontré Keshaye Beeda pour parler de la ferme d’ostréiculture.» Cependant, il admet avoir déjà rencontré un des directeurs de cette compagnie qui lui a présenté leur projet.

Faisant référence à Keshaye Beeda, le ministre dira qu’il a le droit de faire du business. «Il est diplômé. Est-ce qu’un lien de parenté voudra dire que mon fils ou mon épouse n’auront pas le droit non plus de travailler ou de faire du business ?»

Par ailleurs, Prem Koonjoo ajoute qu’il n’est pas au courant qu’une association de pêcheurs de Mahébourg avait déposé une demande à son ministère pour un projet similaire. «Je viens tout récemment de faire un don aux pêcheurs de cette région. Je fais beaucoup pour eux. Je n’ai rien entendu.»

En dépit du rendez-vous téléphonique accordé par Keshaye Beeda, il n’a de son côté pas répondu à nos appels. Il nous revient cependant que le député travailliste Ritesh Ramful pourrait soulever cette affaire au Parlement. Cette polémique n’est pas sans rappeler celle portant sur l’élevage de concombres de mer à Poudre-d’Or par la compagnie Mauricoast Ltd dont le directeur est Yash Boygah, l’époux de Sandya Boygah. Cette dernière est députée du gouvernement et colistière du ministre Koonjoo. Cette concession a été mise à la disposition de la compagnie sans aucun appel public.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires