Ville-noire: un Centre d’éducation qui offre une seconde chance aux ados

Avec le soutien de
La pratique du sport et le jardinage font partie des formations de l’ONG Mahébourg Espoir. Elle dispense aussi des cours académiques.

La pratique du sport et le jardinage font partie des formations de l’ONG Mahébourg Espoir. Elle dispense aussi des cours académiques.

Une vingtaine de volontaires se dévouent pour offrir à 65 adolescents ayant raté leur scolarité une éducation non formelle. Mais aussi une hygiène de vie saine.

Un encadrement à tous les niveaux, axé sur le développement et le bien-être de l’adolescent. Voilà la mission de l’Education Centre de l’ONG Mahébourg Espoir (MEEC), située à Ville-Noire, à la sortie de Mahébourg quand on se dirige vers l’est. Ayant ouvert ses portes en janvier 2011, le centre accueille actuellement 65 jeunes de 11 à 17 ans issus des régions avoisinantes telles que Mahébourg, RoseBelle, Vieux-Grand-Port et Plaine-Magnien.

L’Education Centre fait partie d’ANFEN (Adolescent Non Formal Education Network) qui prend en charge des adolescents afin de leur offrir une éducation non formelle. Car ceux qui fréquentent le centre s’y retrouvent après un échec scolaire ou s’ils n’ont pas suivi de scolarité au préalable.

Mahébourg Espoir ne s’occupe toutefois pas que du volet académique, au dire de Giralda Marianne, coordinatrice de projet. «L’enfant est préparé non seulement à intégrer la vie professionnelle mais aussi à avoir une bonne hygiène de vie. Pour ce faire, le MEEC implique les parents, avec qui un contact est établi dès que l’adolescent intègre le centre. À partir de là, c’est un suivi continu, avec les parents qui parlent souvent aux animateurs.»

Le MEEC compte une vingtaine de volontaires qui assurent l’encadrement des 65 élèves. Outre les matières telles que l’anglais, le français et les mathématiques, les jeunes sont aussi formés aux techniques d’artisanat, de broderie, de menuiserie et de couture.

La pratique du sport et de la musique tient également une place importante au centre, avec notamment le football, le judo, l’athlétisme, la guitare et le clavier. Contrairement aux méthodes d’enseignement, les heures de classe ressemblent à celles d’un établissement conventionnel, les élèves s’y trouvant de 8 h 30 à 14 h 30.

Une fois leur scolarité avec Mahébourg Espoir terminée, les adolescents sont dirigés vers des formations professionnelles telles que le Projet employabilité jeunes du groupe Beachcomber, qui leur ouvre les portes d’un emploi dans le secteur hôtelier. D’autres, à l’instar de Julien Chiffonne, 17 ans, se dirigent vers des formations auprès du Mauritius Institute of Training and Development.

Julien avait intégré le centre à l’âge de 12 ans et suit maintenant une formation en coiffure auprès de cette institution. Habitant Mahébourg, il a pu s’épanouir grâce à son passage au MEEC, non seulement pour être apte à voler de ses propres ailes mais aussi pour exploiter son potentiel et découvrir ses talents. Il a ainsi pris goût à la peinture et au dessin au centre de Ville-Noire. Il a aussi été médaillé aux Jeux de l’Avenir en pratiquant le judo.

Situé rue Cardinal Margéot, Ville-Noire, le MEEC occupe un terrain d’un arpent qui lui a été offert par la Compagnie de Beau-Vallon. Le «village», comme l’appelle Giralda Marianne, comprend une salle informatique, six salles de travail, une salle polyvalente et une boutique où sont vendues les réalisations des adolescents. La salle polyvalente fait office de cantine mais sert aussi à la pratique de jeux d’intérieur et de salle de spectacle.



Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires