«Sexual Offences Bill» Valayden pourrait se retirer du «Select Committee»

Avec le soutien de

L'opposition a refusé que L'Attorney General soit le président du «Select Committee» et a proposé un de ses membres à la place. Mais la majorité semble se préparer à contre-attaquer...

Le Select Committee (SC) sur le Sexual Offences Bill est dans l'impasse. Les onze membres du comité ne sont pas arrivés à un consensus pour ce qui est de l'élection du président. Les membres de al majorité se disent peu surpris, affirmant qu'ils s'y attendaient. Mais ils ne cachent pas leur colère face à ce qu'ils appellent «le manque de sérieux de l'opposition»

L'opposition et la majorité ne sont effectivement pas sur la même longueur d'onde sur l'élection du président. La nouvelle ne surprend pas : la majorité a proposé l'Attorney General comme président et les membres du Mouvement militant mauricien (MMM) avaient déjà exprimé leur opposition à ce sujet. Le problème est que l'Attorney General, le sixième membre de la majorité du SC, n'a pas le droit de vote puiqsu'il n'est pas un membre élu de l'Assemblée. Ce qui fait que l'opposition et la majorité sont à égalité et n'ont pu trouver une solution. 

La toute première réunion de ce Select Committee a eu lieu à 14h30 au committee room de l'Assemblée Nationale. Les onze membres se sont présen tés mais il semble que la méfiance était déjà bel et bien présente. Et que le consensus n'allait pas être trouvé. 

C'est à une guerre de président que se sont livrés les membres du Select Committee. La majorité a proposé le nom de Rama Valayden. L'opposition a refusé en disant que puisque ce dernier n'avait pas le droit de vote, il ne pouvait être président. Elle a proposé, à la place, le nom de Leela Devi Dookun. Ce qui a provoqué la colère des membres de la majorité qui ont insisté : le fait que Valayden ne pouvait pas voter ne le disquailfiait en aucune manière en tant qu'éventuel président. 

Comme ils ne sont pas arrivés à un accord, le speaker de l'Assemblée nationale a été consulté. Et c'est l'avenir de ce Select Committee demandé par le MMM - demande acceptée par le Premier ministre - qui est remis en question. 

«Nous trouverons d'autres moyens» 

Alors que le MMM n'était pas disposé à commenter l'affaire, la majorité s'est, elle, exprimée à travers James Burty David, membre du comité. Ce dernier a rappelé, au cours d'un point de presse tenu à son bureau dans l'après-midi d'hier, qu'il avait mis en garde l'opposition lors d'une conférence de presse samedi en lui demandant de ne pas «torpiller le Select Committee». «Et c'est exactement ce qui s'est passé», poursuit-il. David rappelle que la remarque du Premier ministre au Parlement «quand il avait dit go to hell était précisément parce qu'il savait, à travers les propos tenus, que l'opposition allait adopter cette attitude.» 

Le futur du SC erste donc en suspens. James Burty David est catégorique : «Nous trouverons d'autres moyens mais le dialogue avec les ONG, les associations socioculturelles et les membres de la société civile se fera.» Le ministre des Administrations régionales ne s'est pas appesanti sur ces «autres moyens» mais laisse au speaker le soin de préciser le futur du SC «probablement demain». Et d'ajouter qu'un Select Committee «n'est pas nécessaire» pour que le dialogue «avec le peuple soit ouvert» et que le projet - qui concerne les délits contre les femmes et les enfants - aille de l'avant. Il rappelle aussi le commentaire du PM au Parlement à l'effet que «nous pouvons nous dispenser du SC». 

Il semblerait cependant que deux solutionss oient à l'étude : la première est que ce soient les députés de l'Assemblée nationale qui votent— et Valayden sera donc élu sans problème - ou alors que Valayden se retire tout bonnement du Select Committee. Des sources proches de l'AG affirment que ce dernier serait en train de privilégier cette option : en se retirant, il se fait remplacer par un autre membre de la majorité, ce qui fait que l'Alliance sociale sera en majorité au Select Committee. «Valayden déposera abrs devant le comité au lieu d'y participer», dit une source proche. Mais c'est vraisemblablement aujourd'hui que sera connu le sort du Select Committee. 

Les membres du Select Committee sont James Burty David, Rama Valayden, Nita Deerpalsing, Rihun Hawoldar, Reza Issac et Richard Duval pour la majorité, Arianne Navarre Marie, Alan Ganoo, Fazlia Jeewa Daureeawoo, Leela Devi Dookun et Joe Lesjongard pour l'opposition.

Publicité
Publicité

Le Directeur des poursuites publiques (DPP) a ravivé le débat autour de la décriminalisation de la sodomie à Maurice. Dans la 69e édition de sa Newsletter, le DPP questionne la constitutionalité de l’article 250, qui sanctionne la sodomie entre deux adultes consentants. Retour sur un débat qui dure depuis une décennie.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires