Congres de l'Union nationale: Ashock Jugnauth dénonce les méthodes de la police

Avec le soutien de

Le leader de l'UN a déploré la «mauvaise gestion» du gouvernement qui a résulté en «l'insécurité, la misère et la violence». Il intervenait lors du congrès-anniversaire de son parti à Réduit.

«Le gouvernement a trahi votre confiance en prenant contrôle de l'appareil d'Etat uniquement pour jouir de ses bénéfices». C'est le constat qu'a fait Ashock Jugnauth, le leader de l'Union nationale (UN), hier, lors d'un congrès marquant le premier anniversaire de son parti, à l'auditorium Octave Wiehé à Réduit. Pour rappel, l'Union nationale a été fondée l'année dernière après la démission d'Ashock Jugnauth du Mouvement socialiste militant (MSM), suite à des désaccords avec Pravind Jugnauth.

Le congrès a été l'occasion pour l'UN de dresser un bilan du gouvernement actuel devant les quelque 2 000 personnes (5 000 selon les organisateurs) présentes. «Apres deux ans, les facteurs dominants sont une mauvaise gestion, l'insécurité, la misère, la violence...», a énuméré le leader du parti.

S'attaquant au chapitre law and order, Ashock Jugnauth s'est dit d'avis que le régime actuel ne peut être fier de la situation dans le pays. Le gouvernement est en train de prétendre que tout va bien, ce qui est «beaucoup plus dangereux», a-t-il dit.

Il a estimé que les dirigeants au pouvoir n'ont «ni la volonté, ni le courage de réunir toutes les communautés». Dans l'affaire des hautparleurs,
il a décrié l'impossibilité du gouvernement actuel à agir vite». Résultat: «On a attendu une manifestation pour trouver des solutions».

Ashock Jugnauth s'est dit aussi d'avis qu'il faut des réformes dans la police. D suggère de diviser l'île en quatre régions avec un commissaire de police pour chacune d'elles. Le tout administré par un chef commissaire attaché au bureau du Premier ministre. Il a précisé ne pas être sûr que ce soit la meilleure solution, mais qu'il s'agit d'une des suggestions qu'il a reçues. Quanti la cour intermédiaire, Ashock Jugnauth a estimé qu'il n'est pas normal qu'il n'y en ait qu'une pour tout le pays.

Le déficit de la compagnie aérienne nationale a également été commenté par le leader de l'UN. Il incrimine la «mauvaise gestion car avec le tourisme qui augmente, Air Mauritius ne devrait pas être déficitaire».

Le secrétaire général du parti, Anil Gayan, a,l ui, affirmé que c'est la libéralisation du ciel qui en est responsable. Il rappelle que lorsqu'il était ministre du Touris me, il était question d'ouvrir le ciel «graduellement car Air Mauritius n'est pas comparable à British Airways ni à Air France.»

«Maurice aux Mauriciens»

Anil Gayan estime d'autre part que le gouvernement «politise les institutions» du pays. Il a cité les cas de l'Independent Commission against Corruption (ICAC), de la police et d'Air Mauritius. Situation qui ne devrait pas prévaloir dans un État de droit: «Je condamne le gouvernement parce que Maurice appartient aux Mauriciens, et non pas au Parti travailliste.» Il s'est demandé ce qui se passera si le gouvernement dure jusqu'au bout de son mandat.

Anil Gayan s'est aussi insurgé contre l'adjudication de certains contrats aux étrangers, sans appels d'offres dans le pays. Au sujet de l'arrestation de Dev Hurnam vendredi alors qu'il participait à une émission de radio, il a dit «dénoncer la façon défaire de la police».

Par ailleurs, Ashock Jugnauth a critiqué les ministres Rama Sithanen et Rajesh Jeetah. Le premier parce qu'il ne travaille «que pour les fiches» et le second à cause «de ses promesses non tenues concernant la baisse des prix».

Le leader de l'UN dit s'engager à travailler avec la population pour une politique de vérité. E a laissé entendre qu'il a pu réaliser en une année à l'UN ce qu'il n'a jamais pu faire pendant ses nombreuses années au MSM. «Zame paf inn les mwa koze ennpremie me. Zot inn iIzol mwa dan nimero 8.»

Quatorze orateurs ont particpé au congrès, dont les nouveaux adhérents Ravi Bansoodeb, Vishwanee Boodhonee, Cyril Nicolas, Arvind Dookun. Le thème du jour était : «Union nationale, renouvo politik, 100% avec Ashock.»

Publicité
Publicité

Le Directeur des poursuites publiques (DPP) a ravivé le débat autour de la décriminalisation de la sodomie à Maurice. Dans la 69e édition de sa Newsletter, le DPP questionne la constitutionalité de l’article 250, qui sanctionne la sodomie entre deux adultes consentants. Retour sur un débat qui dure depuis une décennie.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires