Le tourisme peut-il nourrir toute la population?: ce qu’ en pensent les Mauriciens

Avec le soutien de

Anil Gayan, ministre du Tourisme, a affirmé que le tourisme, à lui seul, peut nourrir toute la population mauricienne. C’était lors d’un atelier de travail à Flic-en-Flac, mercredi. Si ce secteur génère effectivement beaucoup de revenus, peut-il vraiment profiter à tous les Mauriciens?

Nail Kausmaly, 33 ans, commerçant

«Ce qu’il est en train de dire est faux! Il y a de gros paquets d’argent en jeu dans le secteur touristique, mais je ne crois pas que cela puisse nourrir toute la population mauricienne. De plus, le gouvernement a de gros fonds, mais les citoyens n’obtiennent rien.»

Dev, 57 ans, commerçant

«C’est vrai que le secteur touristique génère pas mal de revenus. Mais je ne crois pas que cela pourrait nourrir toute la population. Si cela avait été le cas, on aurait dû déjà en avoir vu les retombées.»

Zakeer Rassoolbhur, 41 ans, commerçant

«Le gouvernement n’est pas pauvre, mais le peuple l’est. Le peuple mauricien est souffrant. Je ne sais pas si c’est possible que le tourisme puisse nourrir la population, mais si cela s’avère, ce serait positif. Si tout cela est possible, les autorités pourraient alors retourner aux grévistes du Super Cash Back Gold leur argent.»

Priscila, 45 ans, nettoyeuse

«Le ministre Gayan doit savoir de quoi il parle. Donc, je pense qu’il doit y avoir une part de vérité dans ses propos. Avec les taxes que paient les touristes à Maurice, c’est effectivement peut-être possible. De plus, les touristes, de nos jours, préfèrent aller prendre leurs produits frais au marché au lieu du supermarché.»

Dustageer Khodabaccus, 22 ans, chômeur

«Je n’arrive pas à croire que cela pourrait être possible. Tous les Mauriciens ne sont pas directement ou indirectement concernés par ce secteur. Si cela  avait été le cas, le chômage ne serait pas un tel  problème à Maurice.»

Juliane, 31 ans, cordonnière

«Ce n’est pas les revenus du tourisme qui me donnent mon pain. Mon emplacement se situe dans un centre où les touristes font le va-et-vient mais le plus gros de ma clientèle est mauricienne. Si je me fie aux touristes pour travailler, je ne mange pas.»

Jean-Marie, 40 ans, cordonnier

«Ce secteur génère certes de gros revenus mais ce n’est pas cela qui me fait manger tous les jours. En disant de telles choses, le ministre Gayan est en train de servir ses propres intérêts. Le matin quand je me lève, je demande du courage à Dieu pour travailler et c’est grâce à ma foi que je vis. Un mot pour tous les Mauriciens: «Aides-toi toi-même et le ciel t’aidera.»

Gilberte Marimootoo Natchoo, 60 ans, artiste peintre

«Je ne pense pas que ce soit possible. La plupart des produits à Maurice sont importés. Au niveau des hôtels, tout est pris en charge. Très peu de touristes sortent pour vraiment découvrir le pays ou pour connaître le Mauricien lambda. Il faudrait diversifier nos produits et ouvrir l’île Maurice. Tous n’ont pas la chance de bénéficier des retombées de ce secteur.»

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires