Rudolph Laboudeuse: le banyan à la fibre sociale

Avec le soutien de
Si aujourd’hui, Rudolph Laboudeuse vend du poisson dans le caisson du 4x4, cela n’a pas toujours été le cas.

Si aujourd’hui, Rudolph Laboudeuse vend du poisson dans le caisson du 4x4, cela n’a pas toujours été le cas. 

Il y a 25 ans, il commence à vendre du poisson. Depuis il en a fait du chemin... À vélo, en chariot ou en 4x4! Désormais ce banyan, connu de tous est président du conseil de village.

Il est une personnalité incontournable de son village. Lui, c’est Franceco pour les intimes ou, officiellement, Rudolph Laboudeuse. Il est banyan à Grande-Rivière-Noire, mais aussi le président du conseil de village de cette localité. Ce self-made man nous parle de son parcours. 

Si aujourd’hui le succès lui sourit dans  sa carrière de banyan, il faut dire que sa réussite, il l’a bâtie à la force de ses bras. Car c’est tout au bas de l’échelle qu’il a commencé. Issu d’une famille de pêcheurs, Franceco n’a pas pour autant marché dans les pas de son père et de son grand-père. «J’ai arrêté l’école à 12 ans et, depuis, j’ai su ce que c’était de travailler. Jai commencé par accompagner mon grand-père, Evarice, pour nettoyer le débarcadère. C’est là-bas que, petit à petit, j’ai commencé à trouver du travail auprès des pêcheurs pour les aider à ramener leurs prises, dans des bacs», raconte-t-il. Ainsi débute sa carrière de banyan. C’était il y a 25 ans. 

Si aujourd’hui c’est dans le caisson d’un 4x4, spécifiquement dédié à son travail, qu’il vend sa marchandise, cela n’a pas toujours été le cas. «J’ai débuté à bicyclette. J’ai aussi transporté du poisson dans une brouette et un chariot pour les vendre, à une époque. J’ai travaillé comme simple ‘manœuvre’ chez Hassen Taher, où je suis parvenu à occuper le poste de superviseur avant de décider de me mettre à mon compte», confie le banyan. 

Aujourd’hui, il fournit du poisson frais dans le village et livre aussi à la compagnie Hassen Taher. «Au début de cette année, j’ai mis sur pied ma propre compagnie de distribution de poissons et de fruits de mer, F Tuna», dit Rudolph Laboudeuse de sa voix rauque. D’ajouter qu’il ne cesse de progresser dans son business. 

Outre sa réussite professionnelle, Franceco s’implique aussi dans le social. Il est ainsi président du conseil de village de Grande-Rivière-Noire, vice-président du Kolektif Rivyer Nwar, président de la PTA de l’école primaire du village ainsi que de l’association de football. «Je suis une personne qui aime aider là où elle peux afin de faire avancer son village. Vu que je travaille dans la rue et que je suis populaire, les gens m’abordent facilement», explique-t-il. 

Verve, dur labeur et accessibilité sont les recettes pour la réussite. C’est ainsi que Rudolph Laboudeuse résume son parcours auprès des villageois.

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires