Mahébourg: enceinte et battue, elle perd la vie à 17 ans

Avec le soutien de
Priscilla Tohul tenant le portrait de Lorna, qui est décédée mardi

Priscilla Tohul tenant le portrait de Lorna, qui est décédée mardi

Elle voulait refaire sa vie et offrir un meilleur avenir à son enfant qui devait naître fin avril. Mais le destin en a décidé autrement. Lorna Pydiah, 17 ans, enceinte de huit mois, est décédée, mardi. Cela après avoir passé un mois dans le coma. De sources policières, il nous revient que le rapport d’autopsie a révélé des traces de drogue dans l’organisme de la défunte.

Elle aurait subi des coups durant sa grossesse, selon le document du légiste. Mais sa mère, Priscilla Tohul, que l’express a rencontrée à son domicile à cité La Chaux, Mahébourg, jeudi 18 mai, ne l’entend pas de cette oreille.

«Lorna ne se droguait pas. Elle a vu comment son père, qui en consommait, me battait. C’est pour cette raison que nous l’avons quitté», confie-t-elle. Il y a un an, Lorna quittait à son tour la maison maternelle pour emménager chez son petit ami âgé de 21 ans, à Bambous-Médine. Elle avait pris cette décision un mois après l’avoir rencontré.

Et peu de temps après, la jeune femme est tombée enceinte. Elle devait accoucher d’un petit garçon fin avril. «Elle s’était même rendue à l’hôpital pour l’accouchement, mais a changé d’avis par la suite. Elle a eu peur quand on lui a dit qu’elle allait peut-être devoir accoucher par césarienne», relate sa mère.

«Le médecin m’avait dit de ne pas garder espoir. »

Or, trois jours avant la Pâques, l’adolescente aurait fait une crise et aurait sombré dans le coma. «Ce n’est que lorsqu’elle s’est réveillée, deux semaines après, qu’elle a appris que son bébé était mort», poursuit Priscilla Tohul. Sa fille, une ancienne élève du collège Unity, lui avait confié sur son lit d’hôpital qu’elle voulait retourner vivre avec elle.

Mais Lorna devait de nouveau sombrer dans le coma. «Je savais que j’allais perdre ma fille. Le médecin aussi m’avait dit de ne pas garder espoir. Cependant je voulais croire au miracle. Je refusais d’accepter de la perdre.»

Selon Priscilla Tohul, le concubin de sa fille consommait du cannabis, «mais à aucun moment ma fille ne m’a dit qu’elle prenait de la drogue». En outre, Lorna a avoué une fois avoir été battue par son concubin. «La dernière fois, lorsqu’elle est venue pour l’anniversaire de son frère aîné, elle avait des bleus autour des yeux et à la main. Elle m’a dit qu’elle était tombée. Je lui ai dit que je ne la croyais pas», souligne-t-elle. Et récemment, la mère du jeune homme devait lui confier que le couple se disputait souvent.

La police a ouvert une enquête.

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires