Pravind Jugnauth: «Pa akoz mo Premié minis ki pouvwar pou mont dan latet»

Avec le soutien de
Le Premier ministre était présent lors du lancement du week-end de la famille ce vendredi 12 mai au Gymkhana, Vacoas.

  Le Premier ministre était présent lors du lancement du week-end de la famille ce vendredi 12 mai au Gymkhana, Vacoas.  

«Je suis moi-même un père de famille. J’ai une seule femme et trois enfants. Et je resterai ainsi. Pa akoz mo Premié minis ki pouvwar pou mont dan latet.»  Déclaration du Premier ministre (PM) , Pravind Jugnauth, lors du lancement du week-end de la famille ce vendredi 12 mai au Gymkhana, Vacoas.

Le PM a mis l’accent sur l’évolution de la famille dans un environnement propice. Affirmant qu’il est lui-même père de famille, il a aussi eu une pensée spéciale pour celles qui sont en difficulté. «Il faut toujours persévérer.» 

Le gouvernement a un rôle de facilitateur, dit-il. «Le gouvernement est là pour traiter des sujets qui concernent la cellule familiale.»  L’État doit aussi veiller que les décisions prises ne soient pas néfastes pour les familles. «Au contraire, nous devons tout faire pour améliorer la qualité de la vie et assurer qu’il y ait un équilibre dans la société.» Malgré l’évolution de la société et l’influence des grands pays, les Mauriciens restent très attachés à la cellule familiale, selon lui.

Prenant lui-même en exemple, Pravind Jugnauth avoue ne pas avoir suffisamment de temps pour consacrer à ses enfants. «Enn répros ki mo fer a momem, c’est que je ne passe pas assez de temps avec mes enfants. Et elles grandissent vite

Autre sujet abordé : le comportement des enfants. «Enn téléfonn inn vinn kouma enn plim ti été. Les jeunes sont scotchés à leur téléphone et laptop la plupart du temps. Certes, cela les aide mais il faut aussi être vigilant.»  

Il soutient également que «nous devons utiliser la technologie dans notre vie de tous les jours». «Nous devons introduire l’économie digitale. Utiliser la technologie pour nous faciliter la vie.» Faire des complaintes, envoyer des applications, le suivi des transactions en un clic. «Vous n’aurez pas besoin de vous déranger.» 

Il a aussi fait le bilan de tout ce que le gouvernement, «ki éna léker», a accompli pour le bien-être des familles mauriciennes, notamment par la construction de maisons et par l’introduction de pensions. «En 2016, 1 093 maisons ont été construites pour les plus démunis. En 2017, 1 586 maisons de plus ont été bâties. Et nous avons déjà établi un programme pour 2018 et 2019. Sans oublier la pension octroyée aux handicapés de moins de 15 ans.» 

Le PM a également évoqué des fléaux qui guettent Maurice comme la cigarette, l’alcool et la drogue. «Nous devons prévenir, guider et éduquer nos enfants. D’où le rôle de la famille.» D’ajouter que c’est le combat de tout un chacun. «Nous avons besoin de l’aide des ONG et des gens qui ne sont pas corrompus pour vaincre les marchands de la mort.» 

Donner l’exemple est essentiel, selon le PM. «Nous devons être des modèles en gardant le pays propre. Nou bizin pran konsians kouma nou okip nou lékor. Moralité bizin komans par noumem.»

Famille, institution essentielle

Fazila Jeewa-Daureeawoo a, elle, parlé de l’importance de la famille et de l’éducation dans la société. «La famille, l’école et le gouvernement sont trois institutions essentielles dans notre société. C’est d’ailleurs la famille qui transmet les valeurs.» La ministre de l’Égalité du genre, du développement de l’enfant et du bien-être de la famille a ajouté que la cellule familiale a évolué avec le temps, et pas toujours positivement. «Auparavant, il y avait des familles étendues. Maintenant, la majorité des familles sont nucléaires. Il n’y a plus de dialogue. Or, c’est là que les enfants s’expriment. Nous devons faire un effort en ce sens.»  Le rôle des parents est primordial. «L’école est importante certes mais elle ne remplace pas le rôle des parents.»  Elle a également fait mention du Nine-Year Schooling qui, selon elle, aidera l’enfant à se développer.

D’après elle, le gouvernement œuvre pour le bien-être de la famille, surtout celles qui sont au bas de l’échelle. «C’est notre priorité.  Au niveau du ministère, nous prenons des actions pour améliorer les conditions des familles

Et de citer des mesures que prend le gouvernement. À titre d’exemple, des cours de préparation au mariage, des cours pour accompagner les couples mariés, des cours intergénérationnels, entre autres. 

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires