Agriculture: et si la solution était le bio!

Avec le soutien de
Il faut aussi savoir quand récolter les légumes.

Il faut aussi savoir quand récolter les légumes.

Elle a posé ses valises l’année dernière chez nous pour des vacances et, depuis, n’est jamais repartie. La Française Aurore Rouzzi veut partager avec les Mauriciens sa passion pour l’agriculture bio au travers de formations et d’accompagnement de professionnels et amateurs. Pour ce faire, elle a mis sur pied la compagnie Sensibio, qui a ouvert ses portes en janvier de cette année. Aurore Rouzzi lance le 20 mai sa première formation pour adulte autour de l’agriculture biologique, soit comment cultiver et faire son potager autrement. Dans un même temps, Aurore Rouzzi présentera, en partenariat avec l’Institut français de Maurice (IFM), la projection du film d’Adrien Bellay «L’éveil à la permaculture». La projection se tiendra à l’IFM, à Rose-Hill, le vendredi 19 mai à 19 heures.

Après s’être formée en France dans le domaine du maraîchage biologique, s’être forgé ses premières expériences en France et à La Réunion et offert des formations au Bénin, Aurore Rouzzi s’installe à Maurice. Chez nous, elle a travaillé pour plusieurs jardins déjà et offert trois stages aux enfants âgés de 7 à 11 ans. «C’est en travaillant à Maurice que beaucoup de particuliers m’ont demandé des conseils. L’intérêt est là. À Maurice, les gens s’intéressent à l’agriculture biologique», explique Aurore Rouzzi.

Pour cette dernière, l’agriculture biologique revêt une grande importance. «À Maurice, on utilise des produits phytosanitaires, soit des produits chimiques utilisés pour soigner ou prévenir les maladies des plantes, qui peuvent infiltrer les nappes phréatiques et mettre en danger la santé des consommateurs. Il serait important de minimiser cette utilisation. L’agriculture biologique vient montrer qu’il y a une autre manière de cultiver. Elle est meilleure pour notre santé. De plus, c’est une activité relaxante qui aide à notre bien-être et qui prône le retour à la terre. Quand on la fait en groupe c’est encore mieux parce qu’on développe un réseau social qui permet d’échanger ses expériences», explique Aurore Rouzzi.

Ayant travaillé sur des plantations et rencontré plusieurs planteurs, Aurore Rouzzi explique, «à Maurice, nous avons une forte concentration de ravageurs et les plantes peuvent être souvent atteintes de maladies, ce qui pousse les planteurs à utiliser les produits chimiques. Certains utilisent des méthodes ancestrales de plantation, mais il existe aussi des techniques modernes qui peuvent faciliter le travail des planteurs. Mais ces derniers ne sont pas forcément au courant de ces techniques. Ils n’ont pas accès à beaucoup d’informations et ne savent pas trop par quoi commencer.»

Selon Aurore Rouzzi, outre savoir planter, il faut aussi savoir quand récolter les légumes.


Mais peut-on réellement parler de culture bio quand on sait que les résidus chimiques restent dans la terre pendant plusieurs années ? Selon l’Atlas Mondial, en 2014, l’île Maurice consommait plus de 211 kilos de fertilisant par hectare de terre arable. «Ce n’est pas faux. Il faut vivre avec son temps, mais quand nous parlons d’agriculture biologique, c’est surtout dans les techniques utilisées par le planteur. Une bonne technique de plantation bio permet de limiter la pollution», explique Aurore Rouzzi.

La formation qu’Aurore Rouzzi propose aux adultes contient quatre modules, soit 32 heures de formation technique et pratique. Le premier module qui sera lancé le 20 mai s’étalera sur quatre semaines, soit quatre samedis. Ce premier module sera dédié à la mise sur pied du potager. «Il existe différentes formes de potager qu’on peut mettre sur place. Cela va dépendre de l’espace et du temps dont dispose la personne pour se consacrer à son potager. Nous ne visons pas l’autosuffisance, mais plutôt le plaisir de cultiver. Nous allons dans un premier temps commencer avec les herbes aromatiques, car ce sont des plantes que nous consommons souvent», souligne Aurore Rouzzi.

Le deuxième module qui se tiendra le samedi 27 mai tournera autour de la connaissance et du travail du sol. «Nous allons expliquer comment nourrir la terre pour que la production soit bonne.» Le troisième module expliquera le type de légumes à planter. «On ne sait jamais trop quel légume planter ni à quel moment. Il faut savoir qu’on ne peut pas planter le même légume à Curepipe et au Nord de l’île dans le même temps. Il est aussi important de savoir quand récolter les légumes. Il faudra apprendre à reconnaître les critères physiques des légumes. Nous allons traiter une trentaine de légumes et parler de l’évolution des plantes de graine à graine.»

Le dernier module parlera de l’irrigation et de la gestion de l’eau, «une partie très importante car si il n’y a pas d’eau, il n’y a pas de potager. Il faut aussi savoir gérer l’irrigation pour qu’il n’y ait pas de gaspillage», explique la formatrice. 

Toutefois, pour s’adonner à l’agriculture biologique, le planteur doit s’armer de patience et de persévérance. «Il ne faut pas se décourager si des ravageurs ont mangé les légumes. On a tous besoin de manger, mais avec de la patience, de la technique et de la pratique, on arrive à être satisfait du résultat. Et puis, toutes les carottes ne sont pas de formes coniques et les tomates bien rondes. Il faut accepter de perdre sur la forme pour y gagner sur la santé.» À vos outils de jardinage !


À vous les bonnes affaires 

Vendredi 19 mai, Aurore Rouzzi et l’Institut français de Maurice (IFM) vous invite à la projection du film «L’éveil de la permaculture». Réalisation d’Adrien Bellay, le documentaire met en avant l’importance de recréer un écosystème productif et durable. Lors de cette projection-débat, vous pourrez également retrouver à l’IFM plusieurs producteurs bio mauriciens qui vous proposeront leurs produits. Fruits, légumes, plantes aromatiques, pesto, pâte de piment ou encore tisanes, voilà de quoi ravir les amateurs de produits bio.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés