Mohamed Ibrahim-Mactoom: «Favoriser le commerce vers le Moyen-Orient»

Avec le soutien de
Mohamed Ibrahim-Mactoom avait été élevé au rang de Member of the Order of the Star and Key of the Indian Ocean, en 2016, pour sa contribution dans le domaine du commerce.

Mohamed Ibrahim-Mactoom avait été élevé au rang de Member of the Order of the Star and Key of the Indian Ocean, en 2016, pour sa contribution dans le domaine du commerce.

Âgé de 72 ans, ce père de huit enfants a travaillé pendant plusieurs années en Égypte et en Algérie, avant de revenir à Maurice. Son objectif : favoriser le commerce entre Maurice, l’Afrique et le Moyen-Orient.

«Je suis dans le commerce depuis un demi-siècle. Mes relations avec des dignitaires africains sont toujours vivantes. Mon ambition personnelle a toujours été de faire connaître l’île Maurice à nos frères africains. Je peux vous dire que l’Afrique a beaucoup de ressources à partager avec Maurice dans le domaine du commerce», dit-il. 

Benjamin d’une famille de 12 enfants, il a quitté Maurice après avoir terminé ses études secondaires au collège St Andrews, à Rose-Hill.

Après avoir obtenu une bourse, il met le cap sur l’Algérie où il poursuit des études en sciences politiques et commerce international à l’Institut Ben Aknoun. Il bougera plus tard en Égypte, où il étudiera à l’institut Ismael Fahim et à l’African Research and Studies Center au Caire.

«J’avais comme professeurs Boutros Boutros Ghali, l’ancien secrétaire général de l’Organisation des Nations unies, et Amr Moossa, rédacteur en chef d’Al Ahram.» Mohamed Ibrahim-Mactoom ajoute qu’il est convaincu que les savoir-faire mauricien et africain peuvent faire bon ménage pour développer plusieurs secteurs de l’économie.

«J’ai eu l’occasion de visiter plusieurs pays arabes et africains. Cela m’a permis de faire venir plusieurs hommes d’affaires étrangers à Maurice», dit-il. «Je suis prêt à mettre mes compétences au service du gouvernement mauricien. Nous devons tous, avec détermination, collaborer pour nous joindre aux pays africains pour le développement du commerce, aussi bien qu’avec Cuba, où nous pouvons développer des affaires intéressantes », souligne l’homme d’affaires. 

L’Éthiopie est un autre pays où nous avons intérêt à effectuer une percée sur le plan économique, remarque notre interlocuteur : «On parle souvent de l’Éthiopie pour ses mauvais côtés, mais on ne parle jamais des facilités qu’offre ce pays aux investisseurs. Les terres sont fertiles et le prix de la maind’oeuvre y est abordable.» Les Mauriciens, dit-il, ont l’avantage d’être bilingue et cela peut jouer en notre faveur. «Même si on n’arrive pas à investir dans les pays susmentionnés, toujours est-il que le “barter system” (NdlR : le troc), qui a longtemps existé, peut être utilisé pour favoriser l’import-export.» 

Mohamed Ibrahim-Mactoom est également président de l’association Friends of Everybody, qui s’occupe des enfants défavorisés à Maurice. L’association encadre les enfants qui n’ont pas les moyens financiers de poursuivre leur scolarité. Une fois les études complétées, l’association les aide ensuite à trouver du travail. C’est une manière d’apporter sa contribution pour combattre la pauvreté extrême, affirme Mohamed Ibrahim- Mactoom. 

«Je peux vous dire que bon nombre d’entre eux ont pu réussir dans la vie grâce à notre aide. Certains sont aujourd’hui devenus planteurs, ingénieurs, médecins, enseignants, hommes de loi.» Il souligne qu’à un certain moment, l’association aidait également les jeunes Mauriciens qui souhaitaient s’établir à l’étranger. Mais le concept a été abandonné car il est difficile de faire un suivi une fois que les jeunes sont hors du pays. 

Mohamed Ibrahim-Mactoom est aussi un avide lecteur, avec un penchant pour les oeuvres sur la diplomatie, la médecine moderne, la science spatiale et le Coran. Une phrase lui revient souvent à l’esprit lorsqu’il lit le Coran : le bien-être des gens constitue le noyau de la pratique religieuse. 

«C’est grâce à Dieu que je suis en bonne santé. C’est lui qui me donne du courage pour me pousser à fond dans le commerce et faire venir à Maurice des investisseurs. S’il existe un paradis sur terre, c’est bien ici, à l’île Maurice.»

Son parcours

12 mars 2016-MSK
2011 - Trade Consultant
2012 - Président, Friends of Everybody
1984 - Bourse d’étude à l’Institut Ben Aknoun en Algérie
1982 - Bourse d’étude à l’Institut Ismael Fahim en Égypte

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires