Saisie record d’héroïne: deux «lieutenants» de Peroomal Veeren arrêtés

Avec le soutien de
Navind Kistnah a été présenté une nouvelle fois devant le tribunal de Port-Louis jeudi 4 mai.

Navind Kistnah a été présenté une nouvelle fois devant le tribunal de Port-Louis, jeudi 4 mai.

Nouveau développement, tant du côté de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) que de l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) dans l’enquête entourant la saisie record de 157 kilos d’héroïne. Deux habitants de La Rosa, New-Grove, Lucknarain Dookhit et Oumeshlall Ramsarran, soupçonnés d’être des lieutenants du caïd de la drogue Peroomal Veeren, ont été arrêtés sous une accusation provisoire de blanchiment d’argent. Le suspect Ramsarran sera présenté devant le tribunal de Mahébourg, aujourd’hui.

Oumeshlall Ramsarran, 42 ans, un ancien gardien de prison, a été arrêté, hier matin, après s’être rendu au quartier général de l’ICAC, à Moka. Il était recherché depuis la semaine dernière pour blanchiment d’argent. Mercredi, sa compagne, Maitab Phutally, convoquée par l’ICAC, avait été arrêtée avant d’être libérée sous caution, hier. Leurs noms figuraient sur le karné laboutik, soit une liste contenant des contacts qui avait été saisie lors de fouilles dans la cellule de Peroomal Veeren, 40 ans, trafiquant de drogue, qui purge actuellement une peine de 34 ans de prison.

Le train de vie que menait l’ancien gardien de prison suscitait l’interrogation des habitants de la localité. Le fait qu’il s’est associe aussi en affaires avec son voisin Lucknarain Dookhit, dit Dinesh, 32 ans, un ancien Assistant Manager à la Phoenix Insurance, soulevait d’autres interrogations. D’ailleurs, ce dernier était dans le viseur de l’ICAC depuis un moment déjà, mais les enquêteurs de l’organisme ont été devancés par les limiers de l’ADSU qui ont arrêté le suspect, mardi. Lucknarain Dookhit a retenu les services de Me Vashist Chand Dunhawoor.

Au cours de l’arrestation du suspect Dookhit, les hommes de l’ADSU ont saisi deux bétonneuses provenant de l'Afrique du Sud. Les enquêteurs soupçonnent que ces équipements aient pu être utilisés pour dissimuler de l’héroïne. Ils seront examinés par des officiers du Forensic Science Laboratory  prochainement

Quant à l’ancien gardien de prison Ramsarran, l’ICAC a appris qu’il a effectué 14 voyages en Afrique du Sud entre 2014 et 2016. Et au cours d’une perquisition à son domicile, en fin d’après-midi d’hier, les officiers ont récupéré deux factures pour l’importation de divers articles de ce pays: des pompes à eau, des bétonneuses, des broyeurs, entre autres. Ces articles, achetés chez le spécialiste de l’outillage Adendorff en Afrique du Sud, avaient été importés par la compagnie Kun Management Ltd, soit la compagnie appartenant à Navind Kistnah.

Hier, Navind Kistnah, le principal suspect dans la saisie record d’héroïne, a été présenté une nouvelle fois devant le tribunal de Port-Louis sous une accusation provisoire de trafic de drogue. Il sera maintenu en cellule policière jusqu’au mercredi 10 mai.

Après sa comparution, le courtier en douane a été reconduit en cellule au quartier général de l’ADSU, aux Casernes centrales. Durant l’après-midi d’hier, les enquêteurs de l’ADSU l’ont interrogé sur le fonctionnement de Kun Management Ltd. La déposition de Kistnah a été enregistrée une fois de plus.

Gianchand Dewdanee et Sibi Thomas restent en cellule

 Les deux directeurs de Brilliant Resources Consulting Ltd ont emboîté le pas à Navind Kistnah en cour hier. Gianchand Dewdanee et Sibi Thomas ont tous deux comparu devant la magistrate Navina Parsuramen peu après que le principal suspect dans l’importation de 157 kilos d’héroïne a été présenté en cour. La police a encore une fois objecté à leur remise en liberté sous caution à cause des risques qu’ils fassent faux bond à la justice, qu’ils s’entendent avec les témoins dans cette affaire et qu’ils récidivent. Ils sont donc retournés en cellule policière. Leur prochaine comparution est prévue le 10 mai.

Publicité
Publicité

Tout a débuté par une chaîne en or valant Rs 1 million retrouvée sur sa personne en prison. Aujourd’hui, le détenu Veeren Peroomal est soupçonné d’être l’un des cerveaux du trafic de drogue en prison. Puis, il y a eu son «karné laboutik» menant à une série de convocations et d’interpellations. Même des avocats n’y ont pas échappé. Voici notre dossier pour mieux comprendre toute cette affaire.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires