Commission d’enquête sur la drogue: un ancien détenu raconte la vie en prison

Avec le soutien de
Dhanesh Jeewoot lors de sa comparution devant la commission d’enquête sur la drogue ce jeudi 4 mai.

Dhanesh Jeewoot lors de sa comparution devant la commission d’enquête sur la drogue ce jeudi 4 mai.

Les membres de la commission d’enquête sur la drogue ont sollicité Dhanesh Jeewoot pour faire le récit de la vie en prison, notamment l’utilisation des téléphones portables. Cet ancien détenu a expliqué que cela se fait de préférence aux heures où les gardiens circulent le moins, lorsque les détenus ont accès aux salles de bain par exemple. Ceux voulant utiliser le téléphone portable attendent leur tour, avec une carte de recharge de Rs 50 ou Rs 100 comme paiement pour quelques minutes de communication. L’habitant de Goodlands a aussi raconté comment, lors d’une saisie massive de téléphones portables à la prison de Beau-Bassin, les cellulaires avaient rempli plus de la moitié d’un grand sac.

Il a aussi fait comprendre à Paul Lam Shang Leen, président de la commission, et ses deux assesseurs, Sam Lauthan et Ravin Domun, que pour se procurer de la drogue, le paiement doit être fait au préalable par quelqu’un en dehors de la prison. Une fois le paiement confirmé, le détenu reçoit sa marchandise. 

Entre la prison de Beau-Bassin et celle de Petit-Verger, Dhanesh Jeewoot a fait, en tout, 17 ans de prison. Ce sont ses communications avec des détenus qui lui ont valu une convocation devant la commission. Le couturier de profession aurait en effet gardé contact avec des détenus alors qu’il a, lui, été libéré en 2012. 

Pas moins de 26 échanges téléphoniques ont ainsi été notés entre août et octobre 2015, ainsi qu’au moins 45 appels en l’espace de deux mois en une autre occasion, ajouté à de nombreux messages à certains détenus, dont Gérald Prosper. Dhanesh Jeewoot a soutenu que depuis qu’il a commencé à recevoir ses appels, il a entrepris de faire désactiver sa carte sim. Le couturier a maintenu tout au long de son audition que les trois ou quatre détenus qui l’appelaient voulaient à chaque fois qu’il réalimente leur portable en crédit.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires