Triolet: Un jardin d’enfants qui fait honte

Avec le soutien de
Ce jardin est devenu une nuisance pour les riverains comme pour les membres du public. Il est dans un état déplorable depuis des années.

  Ce jardin est devenu une nuisance pour les riverains comme pour les membres du public. Il est dans un état déplorable depuis des années.  

Situé vis-à-vis de l’ancien cinéma Anand, au cœur du grand village qu’est Triolet, ce jardin d’enfants avait été aménagé depuis de nombreuses années par le conseil de district de Pamplemousses. Cela, à la suite d’une requête des membres du conseil du village de Triolet et des habitants.

Ils étaient loin de se douter qu’un jour ce même jardin constituerait une nuisance. Car quelque temps après, ce lieu, destiné seulement à être fréquenté par les enfants ou les villageois, a aussi attiré drogués et malfrats.

Aujourd’hui la situation est non seulement déplorable mais également révoltante. Pourtant, au début même de cette année, le conseil de district de Pamplemousses avait décidé de reprendre en main le jardin afin de lui redonner son cachet.

Les membres du conseil de village, eux, sont exaspérés. Ils ont rendu les armes devant ce gros casse-tête. «Nous sommes fatigués de faire des démarches et de requêtes afin que ce problème soit résolu, mais en vain», expliquent Rajub Auleear, le président du conseil, et Vikram Bundhooa, conseiller et représentant au niveau du district.

 On est sur la route principale de ce village. Récemment, l’espace devant ce jardin d’enfants a été décrété stand de taxis. Mais on n’en trouve pas un seul en stationnement. Les chauffeurs préfèrent toujours garer leurs véhicules au bord de la route. «C’est dangereux, et les clients ne veulent pas être à cet endroit car ils ne se sentent pas en sécurité à cause des gens qui fréquentent ce lieu», lance un des chauffeurs. En faisant un petit tour dans ce vaste jardin d’enfants, on se rend compte que son état est déplorable et tout aussi choquant.

 Des tas d’immondices sont accumulés à tous les coins. Une odeur nauséabonde émane du lieu. Vu que les attractions sont en bon état, une petite fille accompagnée de son frère aîné est sur place pour s’amuser. Mais comment peut-il emmener sa sœur dans un lieu pareil ? se demande-t-on.

Cannettes et bouteilles

«On est là seulement pour un petit moment et au cours de la journée, ce n’est pas aussi dangereux. De plus, j’habite juste à côté», confie-t-il. La petite fille, elle, continue de jouer sur une seule attraction se gardant d’aller sur les autres.

Au beau milieu du jardin se trouve un jet d’eau. Mais l’eau claire que l’on devrait voir a été remplacée par une eau noirâtre et stagnante, remplie de déchets. Une autre nuisance : à chaque coin du jardin, on retrouve des cannettes de bière, des bouteilles d’alcool, de petits flacons de sirop – vides évidemment ! Un autre voisin confie qu’une telle situation est devenue intolérable. «À cause de ce jardin et de ses fréquentations, j’ai une forte envie de quitter l’endroit. Il attire des drogués, des voleurs et des voyous. Nous vivons dans la peur. Si l’on fait une remarque quelconque, ils lancent des pierres sur les carreaux de vitres et à plusieurs reprises on s’est plaint de vols aux alentours.»

À l’en croire, les effectifs de la force policière ne se rendent jamais à cet endroit pour mettre de l’ordre ou pour régler la situation. Par ailleurs, notre interlocuteur, qui a préféré garder l’anonymat, raconte que le jardin est aussi un lieu de rencontre pour les amoureux, les étudiants.

«Parfois, nous voyons des hommes sur place avec leurs bouteilles d’alcool et des étudiants dans un autre coin. Cela représente un gros risque et à plusieurs reprises, nous avons dû intervenir pour chasser ces jeunes car parmi eux se trouvaient des jeunes filles.»

Pourtant, à côté du jardin se trouvent un temple très fréquenté et le siège du conseil de district.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires