L'express leaks du dimanche 23 avril au vendredi 28 avril

Avec le soutien de

Des bruits de couloirs, les derniers buzz ou les derniers scandales, l'express vous dévoile ce que les autres vous cachent.

 Ce n’est qu’une question de jours...

Une nominée politique va bientôt faire face à d’énormes ennuis. «L’express» enquête depuis une semaine sur ses ramifications auprès des investisseurs qui n’ont rien à voir avec l’institution qu’elle dirige. Les retombées potentielles sont hallucinantes et dépasseraient tout ce qu’on peut imaginer en termes de corruption. La publication de cette enquête n’est qu’une question de jours.

La politique aux frais de l’état ?

C’est au bureau du ministre Étienne Sinatambou que le MSM tient sa conférence de presse politique chaque samedi. Même si la direction du MSM assure que c’est le parti qui en assume les coûts (bouquets, thé, viennoiseries…), le fait demeure que les locaux du ministère sont utilisés avec les frais que cela encourt. À l’issue d’une réflexion engagée sur le sujet, il a été décidé de maintenir le lieu actuel car «les sujets abordés ont surtout trait aux travaux parlementaires». Drôle de manière de voir les choses.

Au courant

Alors que la publication du rapport pour l’année 2015 se fait toujours attendre, la direction du CEB ainsi que le ministère de tutelle semblent avoir d’autres priorités. Comme remonter aux lanceurs d’alerte à l’origine des documents confidentiels qui se retrouvent soit entre les mains de l’opposition soit dans la presse. En attendant, les responsables de l’organisation n’ont toujours pas digéré la fuite de l’information jusqu’ici privilégiée des profits records de Rs 3,3 milliards du parapublic pour l’année écoulée.

Une révision des lois en jeu...

Des amendements seront-ils apportés au Gambling Regulatory Authority Act dans les mois à venir ? Des consultations seraient, en effet, entamées à certains niveaux pour consolider les pouvoirs conférés à cette instance régulatrice du jeu à Maurice. Le Mauritius Turf Club, qui conteste une de ses directives en Cour suprême, aurait eu vent des consultations et il a des raisons de s’inquiéter, de peur de voir son pouvoir décisionnel s’amenuiser davantage.

Grotesque personnage

Ce membre du barreau, de surcroît parlementaire, est l’antithèse même du mot honorable. L’avocat-politicien, qui ne jouit déjà pas d’une bonne réputation, s’est donné en spectacle devant la Cour suprême. Faisant fi des bonnes manières, il a commencé à hurler des injures à son confrère qui, sous le choc, est resté immobile pendant plusieurs secondes sur le trottoir. Encore, si ce n’était qu’un accès de colère, mais pas plus tard que mardi au Parlement, l’ignoble personnage passait des commentaires extrêmement déplacés sur une parlementaire de l’opposition. L’autre député à qui il s’adressait paraissait visiblement mal à l’aise face à ses commentaires.

Detective Mauricien au Portugal

Un sympathisant du Parti travailliste prétend sur Facebook détenir des informations sur des biens immobiliers qu’Álvaro Sobrinho aurait achetés pour ses amis mauriciens. Cette enquête, dont les retombées seront dévoilées «en temps et lieu», selon le principal concerné, aurait été déléguée à des Mauriciens lambda qui ont joué aux détectives à Lisbonne.

Nouvelle cible en vue

La série continue. Après Vijaya Sumputh, Gérard Sanspeur et Rita Veerasamy, l’opposition s’intéresse au président d’une holding d’une importante institution financière. Plus précisément aux rémunérations et voyages de celui qui est réputé pour ne pas avoir sa langue dans sa poche.

Une sortie tout en douceur

Cédera-t-il finalement aux pressions ? Gassen Dorsamy, le directeur général de la Cargo Handling Corporation, a pris un mois et demi de congé avant l’échéance de son contrat, prévu en mai. Tout laisse croire qu’il ne compte pas reprendre son poste car il se chuchote qu’il a fait valoir ses droits à la retraite. La Port-Louis Harbour and Docks Workers’ Union, qui a eu vent de ce développement, parle déjà de normalisation des relations industrielles qui étaient jusqu’ici conflictuelles avec la direction.

Sans censure

Les téléspectateurs auront-ils bientôt droit à une retransmission sans censure des travaux parlementaires ? C’est vers quoi pencheraient certains membres du gouvernement après l’épisode du postérieur de Roshi Bhadain. «Les gens auraient dû voir sa bassesse», a affirmé un parlementaire orange. En oubliant peut-être que les membres du gouvernement n’ont pas non plus un comportement tout à fait sage.

Nouvelle motion de l’opposition

C’est la quatrième motion de l’opposition. Cette fois-ci, c’est Aurore Perraud qui a déposé au bureau du «clerk» de l’Assemblée nationale une «motion of disallowance». Elle conteste une décision prise par le gouvernement concernant le ministère de l’Intégration sociale. Avant elle, Reza Uteem et Alan Ganoo avaient déposé une motion pour protester contre la hausse du prix des carburants. Adrien Duval et Patrice Armance avaient également présenté une motion de désaveu, tandis que Shakeel Mohamed était à l’origine de la motion de censure contre la Speaker, Maya Hanoomanjee.

Le carré gourmand

Ce restaurant à Ébène City semble avoir trouvé le bon filon. Hormis d’accueillir des déjeuners officiels des cadres d’un centre de santé récemment au cœur de l’actualité, il est aussi le carré gourmand des dirigeants d’un des partis au pouvoir.

À l’ombre

Où est donc passé ce membre très en vue de la garde rapprochée d’une haute personnalité politique ? Celui qui suivait ce VVIP comme son ombre a disparu des radars ces derniers temps. Des transactions douteuses le concernant sont évoquées.

Les mémoires du remake 2000

Manifestement, certaines personnes au sein de l’alliance MSM-ML veulent le retour du Remake 2000. Sinon, pourquoi l’invitation officielle au meeting du 1er-Mai de l’alliance gouvernementale aurait-elle été au nom de l’alliance MSM-MMM ? Le bureau du MSM a vite suivi le courriel incriminant par un autre, s’excusant pour l’erreur de frappe. Une erreur, un souhait… ou un indice quant à la tournure que peut prendre la situation politique actuelle ?

Les PMSD à l’affût

Ratisser large et chercher des questions. Les élus du PMSD ont eu le mot d’ordre de préparer une liste de questions parlementaires qui pourront embarrasser le gouvernement. Cependant, ces questions ne devront en aucun cas concerner un ministère qui était dirigé par les bleus avant leur sortie du gouvernement. Les députés de la basse-cour bleue ont déjà envoyé plusieurs interpellations au clerk de l’Assemblée nationale.

{{title}}

{{#if summary}}

{{summary}}

{{/if}} {{#if image}}
{{image.alt}}
{{/if}} {{{body}}}
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires