Buyers-Sellers Meeting: Maurice à la reconquête du marché seychellois

Avec le soutien de
Des artisans seychellois à l’œuvre. Un «Buyers-Sellers Meeting» aura lieu dans l’archipel.

Des artisans seychellois à l’œuvre. Un «Buyers-Sellers Meeting» aura lieu dans l’archipel.  

Après trois ans d’absence, Maurice retrouve le marché seychellois. Cela, avec une délégation forte de 45 entreprises, dans le cadre de l’édition 2017 du Buyers-Sellers Meeting, qui se tiendra du 29 avril au 1er mai à Victoria, aux Seychelles.

L’organisation de cette manifestation commerciale découle d’une collaboration entre Enterprise Mauritius et la Small Enterprise Promotion Agency. Les deux organisations poursuivent la même mission, à savoir la promotion des produits de leur pays respectif.

Les 45 représentants mau- riciens exposeront et vendront des produits réalisés par divers secteurs d’activités économiques. Parmi ceux-là figurent l’agro-industrie, le textile, la fabrication d’amuse-bouche et d’équipements associés à l’ingénierie légère.

La tenue de cette Buyers Sellers Meeting arrive à point nommé. Les concurrents de Maurice n’ont pas hésité à occuper la place après que le pays n’a pas jugé utile de tirer profit de l’intérêt suscité pour les produits mauriciens, dans le cadre de l’édition 2014 de cette rencontre.

Parmi les concurrents qui ont occupé la place figurent des opérateurs économiques originaires du Sri Lanka, pays ayant le potentiel pour concurrencer Maurice au niveau des produits qu’il exporte vers les Seychelles. Sans oublier la concurrence en provenance de la Chine.

Sanjay Boolakee, Manager de Spy Trading, situé à Tranquebar, fait partie des opérateurs mauriciens ayant fait les frais de la concurrence, tant sur le marché régional qu’ailleurs. «À partir de 2012, nous avons ressenti l’effet de la concurrence. Nous avons été confrontés à celle de la Chine sur le marché réunionnais. Le prix des tee-shirts que proposaient les opérateurs chinois étaient inférieurs aux nôtres.»

Sanjay Boolakee n’a pas voulu rater l’opportunité que lui a offerte Enterprise Mauritius. Il est inclus dans la dé- légation mauricienne qui ira promouvoir les produits locaux. «Nous allons particulièrement cibler le potentiel d’achat des touristes et des employés de sociétés», soutient Sanjay Boolakee. Il se dit confiant que la participation de Spy Traders sera une réussite.

Spy Traders fait partie des petites entreprises qui luttent pour leur survie. Les locaux de la société, qui emploie 18 personnes, sont en rénovation. Pour ajouter de la valeur à ses produits comme des tee-shirts, des polo-shirts, des boxers, elle vient de se doter d’une unité de sérigraphie et de matériel pour l’impression assistée sur les tissus.

Au niveau des échanges commerciaux, Maurice est loin derrière les Seychelles. Les dernières données publiées par Statistics Mauritius en témoignent. En termes d’exportation, les recettes encaissées par Maurice pour 2015 et 2016 (chiffres provisoires) ont été de Rs 951 millions et de Rs 987 millions respectivement, soit une hausse de 3,9 %. Les deux produits en tête de liste sont les préparations pour la fabrication d’aliments pour animaux, le blé et la farine de blé. Les importations de Maurice en provenance de l’archipel pour 2015 et 2016 ont, elles, été respectivement de Rs 1,9 milliard et Rs 2,6 milliards, soit une hausse de 37,2 %.

À l’origine de ce déséquilibre commercial, la grande dépendance de la filière mauricienne spécialisée dans la transformation des produits de la mer du thon acheté sur le marché seychellois. Les trois produits qui ont rapporté les plus grosses recettes aux Seychelles pour 2016 étaient le thon à nageoires jaunes frigorifié (Rs 1,4 milliard), la bonite à ventre rayée frigorifiée (Rs 855 millions) et le thon obèse (Rs 188 millions). 

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires