Kiran Callichurn : «Certains sont là pour nous mettre des bâtons dans les roues»

Avec le soutien de

«Il est facile de rester chez soi et de critiquer», déplore Kiran Callichurn. Il demande ainsi aux forces vives de Trou-aux-Biches de se joindre à l’action du conseil de village, plutôt que de critiquer, afin d’apporter des changements significatifs sur le terrain.

Cela fait quatre mois que vous êtes vice-président du conseil de district. Comment les choses se passent-elles ?
Le temps passe très vite. Le travail se déroule bien et nous avons beaucoup à faire. Le président et moi, nous sommes sur le terrain tous les jours. Nous nous entendons bien car nous avons la même vision, qui est de servir les villages qui tombent sous notre juridiction, ainsi que les villageois.

Avec tout ce travail, avez-vous encore du temps à consacrer à Trou-aux-Biches ?
Oui, bien sûr. Je traite tous les villages de la même façon, sans discrimination

Pourtant ces derniers jours, vous avez manifesté une certaine agressivité sur votre page Facebook envers les habitants de votre village ?
(Agité) Je rectifie tout de suite, ce n’est pas à l’égard de tous les habitants mais juste envers une poignée de personnes, qui se sont regroupées en tant que forces vives au sein de Trou-aux-Biches. Durant toutes ces années, elles étaient invisibles. Elles n’ont jamais donné un coup de main au conseil du village pour faire progresser leur localité. C’est maintenant qu’on les entend. Elles sont là pour nous mettre des bâtons dans les roues. C’est très facile de critiquer mais ce sont les actions qui comptent. Je me demande où étaient toutes ces per- sonnes durant toutes ces années. Je suis révolté lorsque je vois des gens agir ainsi.

Donc, vous n’avez rien à vous reprocher en tant que conseiller de Trou-aux-Biches ?
Je n’ai certainement rien à me reprocher. Je suis un hard-worker, un conseiller et un vice-président de proximité. Comme je vous l’ai dit, je suis sur le terrain tous les jours et cela m’énerve lorsque j’entends des personnes dire que Trou-aux-Biches n’a pas connu de projet de développement.

Pourriez-vous nous citer quelques projets mis en œuvre dans le village ?
Nous avons déjà eu notre terrain pour construire notre bâtiment où sera établi le siège du conseil. Il servira simultanément de Village Hall. Ce sera un projet d’envergure au coût de plusieurs millions de roupies car avec ce bâtiment, il y aura d’autres facilités comme un gymnase, une grande salle de conférence, un Learning Corner et des terrains de jeux, des jardins entre autres. Bientôt, les habitants auront à leur disposition un nouveau terrain de foot. De plus, notre demande pour obtenir des caméras de CCTV a déjà été approuvée et tout est en bonne voie. Tous ces projets ont déjà été approuvés, je le répète.

De plus, pour combattre les vols, mon équipe a nettoyé plusieurs terrains inoccupés et en friche dans les morcellements. Actuellement, nous travaillons sur le projet d’agrandir la rue Trio car nous savons que cette voie est très fréquentée.

Pensez-vous que vous êtes davantage sous surveillance ou victime de critiques du fait que votre frère soit ministre ?
À ceux qui pensent que je suis protégé à cause de mon frère, j’ai à dire que si j’étais vraiment protégé, je serais président et non vice-président. D’ailleurs, je tiens à préciser que je suis l’aîné et que je fais du social et de la politique depuis bien avant mon frère.

Un des plus grands reproches des forces vives à l’égard du conseil est qu’il donne à tour de bras des permis à des pensionnats, ce qui encourage la prostitution. Qu’avez-vous à dire ?
Ces permis sont donnés par les Tourism et Beach Authorities. Et je ne crois pas du tout que les pensionnats encouragent la prostitution. Il ne faut pas oublier que Trou-aux-Biches est un village touristique et que ces pensionnats sont utilisés par des touristes la plupart du temps.

Quelle suite à donner à votre action ?
Je voudrais lancer un appel aux membres des forces vives. S’ils sont vrai- ment intéressés à travailler pour l’avancement du village, ils doivent se joindre à nous pour nous donner un coup de main. Car c’est facile de s’asseoir chez soi devant sa télé et de critiquer ceux qui sont sur le terrain.

Carte d’identité

Marié et père de deux enfants, Kiran Callichurn est le vice-président du conseil de district de Pamplemousses. Depuis 2014, il siège également comme membre du conseil de village de Trou-aux-Biches. Travaillant à son compte, il est le frère aîné du ministre Soodesh Callichurn. Agé de 40 ans, Kiran Callichurn a un parcours social très riche, qui a démarré au milieu des années 2000.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires