Rezistans ek Alternativ: «Deux ans et demi de trop pour l’alliance Lepep»

Avec le soutien de
Les membres de Rezistans ek Alternativ ont fait part de leur mecontentement par rapport au système politique en place, samedi 22 avril.

Les membres de Rezistans ek Alternativ ont fait part de leur mecontentement par rapport au système politique en place, samedi 22 avril.

«Non seulement nous n’en pouvons plus de ce gouvernement mais du système politique tout entier…» Rezistans ek Alternativ a, une nouvelle fois, été critique envers le gouvernement au pouvoir. C’était lors d’une conférence de presse, samedi 22 avril. «Cela fait presque deux ans et demi que l’alliance Lepep est au pouvoir. C’est deux ans et demi de trop», a déclaré l’un des membres du parti de gauche, Kugan Parapen.

Ainsi, lors du rendez-vous donné à la population pour son rassemblement le lundi 1er mai, à Mahebourg, Rezistans ek Alternativ envisage de revenir sur les raisons de son ras le bol. «Qu’il s’agit des cas de Nandanee Soornack, Gérard Sanspeur ou Vijaya Sumputh, bien qu’ils soient de différents bords politiques, démontrent tout ce qu’il y a de mal chez nos dirigeants politiques», ajoute Kugan Parapen. 

Ce rassemblement du 1er mai sera également l’occasion pour Rezistans ek Alternativ de revenir sur la montée des valeurs éco-socialistes à travers le monde. Ces mêmes valeurs qu’incarne ce parti. «Ce sont les valeurs qui permettent à des candidats tels que Jean-Luc Mélenchon en France ou Bernie Sanders aux Etats-Unis de prendre leur ascension» a-t-il fait ressortir. 

Ashok Subron est, lui, revenu sur ce qu’il appelle «les plus grandes trahisons du gouvernement Lepep». En premier, le salaire minimum qu’estime Rezistans ek Alternativ, «prend trop de temps à se concrétiser». De plus, le mouvement de gauche estime que la décision du gouvernement de revoir le système de pension est aussi une «trahison». Surtout, explique-t-il, que «lors de sa campagne, l’alliance Lepep parlait d’une hausse de Rs 5 000 en ce qui concerne la pension de vieillesse».

Publicité
Publicité

Le National Wage Consultative Council a avancé une fourchette de Rs 7 500 à Rs 8 500 comme montant de salaire minimal. Toutefois, l’on apprend que c’est un premier chiffre préconisé et que des discussions sont toujours en cours. Entre-temps, les sentiments sont mitigés face à cette proposition.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires