Commission d’enquête sur la drogue: un gardien de prison réprimandé par Paul Lam Shang Leen

Avec le soutien de
La commission d’enquête sur la drogue a passé au crible les relevés téléphoniques d’un gardien de prison lors de l’audience du jeudi 20 avril.

La commission d’enquête sur la drogue a passé au crible les relevés téléphoniques d’un gardien de prison lors de l’audience du jeudi 20 avril.

Ce gardien de prison avait été arrêté dans l’enceinte du Block B de la prison de Beau-Bassin. En sa possession : de l’héroïne, du cannabis, de la drogue synthétique et quatre cartes SIM. C’était le 9 mars. Et, jeudi 20 avril, Sachidanand Poye, Leading Prison Officer, a répondu aux questions du président de la Commission d’enquête sur la drogue, Paul Lam Shang Leen, et de ses deux assesseurs, le Dr Ravin Domun et Sam Lauthan.

Relevés téléphoniques

Ricardo Agathe, Rajkumar Ittoo, James Stevenson Perrine. Ce sont là autant de noms qui n’ont cependant pas fait broncher le gardien de prison. Ce, même si les membres de la commission l’ont mis en présence de multiples preuves. Notamment des relevés téléphoniques à partir de 2015 qui indiquent que Sachidanand Poye aurait communiqué avec plusieurs condamnés dans des affaires de drogue et ce, à maintes reprises à travers son portable. Le principal concerné a, à chaque fois, nié les faits. «Denial doesn’t make you innocent», s’est alors exclamé le Dr Ravin Domun.

En fait, le numéro de téléphone du gardien de prison avait été retrouvé dans le carnet du détenu Ricardo Agathe, sous le sobriquet «T13». Raison pour laquelle il avait été convoqué devant la commission.

Mais Sachidanand Poye niant à chaque fois les faits, Paul Lam Shang Leen devait alors le mettre sévèrement en garde. Et lui rappeler que toute communication d’un gardien avec un prisonnier est illégale et considérée comme une «breach of discipline». L’ancien juge lui a fait comprendre que les trafiquants approchent souvent ceux de sa profession pour arriver à leurs fins. Et que la commission le soupçonne d’être un maillon important du trafic.

Le gardien de prison a aussi été sommé de soumettre ses relevés bancaires. La commission dit avoir noté que des dépôts par chèques ou en espèces sont fréquents et que les sommes vont jusqu’à Rs 60 000 à la fois. Il devra aussi expliquer comment son compte n’affiche presque plus de solde en milieu de mois. Et cela, très souvent.

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires