Flic-en-Flac: le manque de toilettes revient sur le tapis

Avec le soutien de
Les facilités de toilettes publiques sont insuffisantes pour le nombre de personnes fréquentant cette plage publique.

Les facilités de toilettes publiques sont insuffisantes pour le nombre de personnes fréquentant cette plage publique.

En famille ou entre amis, les Mauriciens ont, comme d’habitude, pris d’assaut les plages pour célébrer la fête de Pâques. Flic-en-Flac, comme d’autres patelins, n’a pas échappé au flot de visiteurs, avec pour conséquence de soulever à nouveau le problème du manque de toilettes publiques.

«Il me semble que chaque année, les pique-niqueurs qui viennent à la plage de Flic-en-Flac sont de plus en plus nombreux. Ce dernier week-end, nous avons été témoins d’un déchaînement et, encore une fois, il y a eu des plaintes relatives aux toilettes», dit Naraj Maneeram, président du conseil de village.

C’est un problème qui dure depuis longtemps et qui connaît des pics pendant les périodes de fêtes quand les gens viennent en plus grand nombre à la plage. «J’en ai été témoin : des gens se soulageaient en public, là où ils le pouvaient. Ce n’est pas très réjouissant si vous êtes en famille.»

S’il accepte que trois blocs de toilettes publiques sont déjà disponibles tout au long de la zone de plages publiques, il insiste sur le fait que c’est insuffisant. «Il n’y a pas suffisamment de toilettes pour le nombre de personnes qui viennent ici. Les toilettes se salissent trop vite. Il en faudrait au moins deux blocs supplémentaires, l’un près du poste de police et l’autre près de l’hôtel Pearle Beach», ajoute Naraj Maneeram.

Le président du conseil de village revient aussi sur la construction de toilettes sur la plage de Flic-en-Flac, qui avait démarré l’année dernière et qui a été freinée. «Ce n’est pas possible qu’à chaque fois qu’il y a un projet de construction de toilettes, quelqu’un fasse une plainte et cause un désagrément à des centaines de personnes», s’en offusque-t-il.

Il souhaite que l’on construise rapidement des toilettes publiques. «Ce n’est pas la place qui manque. Que les autorités trouvent un autre endroit où mettre d’autres toilettes car c’est une nécessité», martèle Naraj Maneeram. Comme il l’explique, le problème est double pour le conseil de village car souvent, il se retrouve à gérer le problème des gens qui viennent utiliser les toilettes dans la cour du jardin d’enfants et du terrain de football.

«Beaucoup ne comprennent pas que ces toilettes ne sont pas publiques mais y sont seulement pour l’usage de ceux qui viennent jouer au football. Nous n’avons d’ailleurs personne pour se charger du nettoyage de manière systématique, comme c’est le cas pour les toilettes publiques et c’est un gros problème pour nous», confie le président du conseil de village.

Il demande au ministère du Tourisme de trouver une solution à ce manque de toilettes car Flic-en-Flac est un village touristique et ce problème ne peut qu’avoir un impact négatif sur son image.

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires