Affaire Sobrinho : La société NWT se dissocie de l’Investment Banking Licence

Avec le soutien de
Álvaro Sobrinho, milliardaire angolais, fait l’objet d’une controverse politico-financière.

  Álvaro Sobrinho, milliardaire angolais, fait l’objet d’une controverse politico-financière.    

Après Me Iqbal Rajahbalee, Senior Counsel, et le professeur Goolam Mohamedbhai, c’est au tour de NWT de se dissocier d’Álvaro Sobrinho . Du moins, de son Investment Banking Licence. Cette management company (société de gestion), filiale du groupe AXYS, a réagi par le biais d’un communiqué à un article dans notre édition d’hier intitulé Affaire Sobrinho : le rôle de la management company. Cet article fait suite à la réponse du Premier ministre à la Private Notice Question (PNQ) du mardi 4 avril. «NWT n’a jamais fait de demande pour une Investment Banking Licence pour le compte de n’importe quelle entité de groupe d’Álvaro Sobrinho ou de ses clients», peut-on lire dans ledit communiqué.

Pourtant, dans sa réponse à la PNQ, qui est d’ailleurs disponible dans le hansard de l’Assemblée nationale, la Financial Services Commission (FSC) a demandé à NWT de faire un examen approfondi sur le banquier angolais. Ce, après une allégation selon laquelle ce dernier serait sujet à une enquête pour une affaire de blanchiment de 4,5 millions de dollars américains. Toujours selon la réponse du Premier ministre, c’est une fois satisfaite des documents déposés que la FSC a octroyé quatre licences, dont celle d’Investment Banking à Álvaro Sobrinho.

Mais NWT affirme que l’Álvaro Sobrinho Africa Ltd, qui a décroché l’Investment Banking Licence, n’a jamais été son client. La management company ajoute qu’elle n’a fourni ses services à aucune entité du groupe d’Álvaro Sobrinho depuis le 26 janvier 2016. Cela, dit-elle, signifie que NWT ne peut et n’a jamais soumis de documents «émanant supposément de la cour d’appel de Lisbonne en date du 7 juillet 2016 ou du bureau du Public Prosecutor en date du 29 décembre à la FSC».

D’où les questions suivantes : les informations fournies par Pravind Jugnauth sur NWT lors de cette PNQ sont-elles incorrectes ? Une des explications pourrait être que seuls les deux premiers documents mentionnés, à savoir un résumé des poursuites criminelles en date du 23 mai 2013 contre Álvaro Sobrinho en Angola et au Portugal, ainsi que la notice of clearance soutenant que l’État angolais ne souhaite poursuivre le banquier (NdlR, là aussi il semble avoir une anomalie sur la date dans la réponse de Pravind Jugnauth), ont été soumis par NWT.

Autre interrogation : les documents produits par NWT concernaient-ils tous les quatre permis obtenus par l’homme d’affaires ou uniquement les GBL1 ? Si tel est le cas, une autre management company a dû faire l’intermédiaire entre le groupe d’Álvaro Sobrinho et la FSC pour la demande de l’Investment Banking Licence. D’ores et déjà, un nom circule (NdlR, l’express reviendra là-dessus demain). En attendant, nous avons approché un préposé officiel du bureau du Premier ministre pour des éclaircissements sur cette réponse qu’on espère seront apportés aujourd’hui.

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires