Navind Kistnah: En isolement pendant 36 heures

Avec le soutien de
L’interrogatoire de Navind Kistnah n’a pas encore commencé.

L’interrogatoire de Navind Kistnah n’a pas encore commencé.

Ses avocats et proches ont attendu en vain. Navind Kistnah n’est pas passé en cour aujourd’hui, dimanche 16 avril. La raison évoquée au sein de la force policière est qu’il est détenu Incommunicado. Le principal suspect dans l’importation de 157 kg d’héroïne ne pourra pas communiquer avec qui que ce soit avant 36 heures.

L’Anti-Drug Smuggling Unit évoque l'article 31 de la Dangerous Drugs Act pour appliquer les conditions de détention de Navind Kistnah.  Selon cette disposition de la loi, un surintendant de police peut demander qu'un suspect reste en détention pour une période n’excédant pas 36 heures. Durant ce laps de temps, il ne peut parler qu’à un inspecteur de police ou à un médecin de la police. Pour l'heure, la date de comparution du suspect n'a pas encore été déterminée. Selon nos recoupements d'information, il n’a pas, non plus, été interrogé jusqu'ici. Navind Kistnah est rentré au pays  sous escorte policière dans la soirée du samedi 15 avril, après plus d’un mois de cavale à travers l’Afrique. 

L’ADSU fait une saisie record au port

Tout a débuté le 9 mars. L’ADSU fait une saisie record au port. 135 kg d’héroïne, dissimulés dans des compresseurs, sont découverts. La valeur marchande est estimée à Rs 2 milliards. Le nom de Navind Kistnah est cité dès le début de l’enquête. Mais les autorités se rendent compte qu’il a quitté le pays la veille de cette saisie pour se rendre en Afrique du Sud. Quelques jours après, Sibi Thomas et Geanchand Dewdanee, deux amis de Navind Kistnah, sont arrêtés dans le cadre de cette même affaire. L’Asset Recovery Unit obtient le gel des biens des trois suspects. 

Le 24 mars, une deuxième cargaison de 20 kg d’héroïne est saisie au port. Les mêmes noms sont associés à cette nouvelle importation. Le mode opératoire est le même. Quelques jours après, 2kg d’héroïne et 20 kg de cannabis sont saisis. Cette saisie record fait des vagues et met sous les projecteurs les ramifications des protagonistes avec le monde hippique. Outre l’ADSU, l’Independant Commission Against Corruption commence aussi une enquête. L’entraîneur de chevaux Simon Jones est intérrogé le 31 mars. Comme ses explications ne sont pas convaincantes, il sera convoqué à nouveau pour s’expliquer. Shahebzada Azaree, propriétaire d’un fast-food et figure proéminente du Champ-de-Mars, est aussi cité dans l’affaire. Il sera aussi questionné par l’ICAC. 

Pendant ce temps, Navind Kistnah quitte l’Afrique du Sud pour se rendre au Mozambique. Les autorités peinent à le retracer, et l’aide d’Interpol est sollicitée. Il sera finalement arrêté le 30 mars à Maputo pour séjour illégal. Le bureau du Premier ministre envoie un représentant sur place pour entamer les démarches d’extradition, qui a finalement eu lieu hier. Ses révélations sont attendues. 

Neelkanth Dulloo, avocat de Navind Kistnah

«Je m’attendais qu’il soit à la Bail and Remand Court aujourd’hui», a déclaré son avocat. Mais il n'en a rien été. Me Neelkanth Dulloo remet en cause la constitutionalité de l'article 31 de la Dangerous Drug Act. «Est-ce que cette clause est en conformité avec l'article 5 de la Constitution, qui dit qu’un suspect doit comparaitre devant un magistrat ‘without undue delay’» ? » Me Neelkanth Dulloo souhaite cependant que la police le laisse avoir accès à son client à l’expiration des 36 heures prescrites.

Publicité
Publicité

Les choses ont démarré début mars. Les autorités découvrent 135 kilos d’héroïne dissimulés dans des compresseurs sur le MSC Ivana. Les soupçons se portent sur Navind Kistnah, qui la veille avait déjà quitté l’île Maurice. Pour mieux comprendre cette actualité, voici tous les développements liés à cette affaire.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires