Une touriste britannique tuée à coups de couteau à Jérusalem

Avec le soutien de
L'assaillant palestinien a été arrêté par les forces de l'ordre.

L'assaillant palestinien a été arrêté par les forces de l'ordre.

Une touriste britannique de 23 ans est décédée vendredi après avoir été poignardée par un Palestinien dans le tramway à Jérusalem placée sous haute sécurité pour les fêtes des Pâques juive et chrétienne, a indiqué une source policière.

Les attaques visant spécifiquement les touristes sont rares à Jérusalem.

L'assaillant palestinien a été arrêté par les forces de l'ordre. L'identité de la victime n'a pas été précisée. Selon des médias, il s'agirait d'une étudiante ayant la double nationalité israélienne et britannique.

Dans un premier temps, la police avait fait état d'une Israélienne agressée dans un wagon du tramway.

Le Shin Beth, le service de sécurité intérieure israélien, a identifié l'assaillant comme étant Jami Tamimi, 57 ans, un habitant de Jérusalem-est annexée.

Il avait été hospitalisé dans le passé après une tentative de suicide et avait été condamné en 2011 pour agression sexuelle sur sa fille, a affirmé le Shin Beth. Le commandant de la police à Jérusalem, le commissaire Yoram Halevy, a affirmé aux journalistes que le «terroriste est très dérangé mentalement». 

Selon la police, l'assaillant est monté dans le tramway qui longe sur une partie de son trajet les murailles de la Vieille ville avec un sac à la main. Il a repéré une jeune femme qui se trouvait à proximité de lui et sorti un couteau du sac avant de la poignarder plusieurs fois à la poitrine.

Un policier, qui se trouvait dans le même wagon, a tiré sur le système d'alarme pour arrêter le tramway et s'est précipité vers l'agresseur avant de le maîtriser avec l'aide d'un autre passager, a ajouté la police.

Le tramway s'est ensuite arrêté, ses portes se sont ouvertes et des forces de police déployées dans le secteur sont montées à bord du wagon pour arrêter l'agresseur. Le Magen David Adom, l'équivalent de la Croix Rouge israélienne a évacué la blessée vers un hôpital où elle est décédée.

En pleines célébrations

L'attaque s'est déroulée aux abords de la Vieille ville où la police israélienne a déployé d'importants renforts à l'occasion des célébrations de la Pâque juive qui ont commencé lundi et durent une semaine.

A cette occasion, des dizaines de milliers de juifs affluent dans la Vieille ville pour se rendre au Mur des Lamentations, le site le plus sacré du judaïsme.

Des milliers de chrétiens venus du monde entier ont également célébré le même jour le Vendredi saint avant Pâques.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a dénoncé en dépit de la thèse de la police sur la santé mentale de l'agresseur «le terrorisme islamique extrémiste». 

«Un terroriste palestinien a assassiné de sang froid une étudiante de 23 ans de nationalité britannique», a ajouté le Premier ministre en affirmant que les forces de sécurité israélienne ont mis en échec «plusieurs tentatives d'attentats ces derniers jours», sans donner d'autres précisions.

Le président Reuven Rivlin a exprimé dans un communiqué sa «tristesse» après cette attaque.

«Cette semaine des milliers de visiteurs sont passés par les anciennes portes de Jérusalem pour célébrer les fêtes de Pessah et de Pâque dans toute la ville, alors que les forces de sécurité sont à pied d’œuvre pour assurer la sécurité des habitants et des visiteurs (...)Le terrorisme ne nous vainquera pas, le terrorisme ne détruira pas nos vies ici», a ajouté le président.

Jérusalem et Israël ont été le théâtre d'une vague de violences qui a coûté la vie à 260 Palestiniens, 41 Israéliens, deux Américains, un Jordanien, un Erythréen, un Soudanais et une Britannique depuis le 1er octobre 2015, selon un décompte de l'AFP.

La plupart des Palestiniens tués sont des auteurs ou auteurs présumés d'attaques anti-israéliennes, souvent commises à l'arme blanche par de jeunes gens isolés.

L'intensité des violences a eu tendance à diminuer ces derniers mois.

Le patron du Shin Beth Nadav Argaman a toutefois estimé récemment que le "calme relatif actuel" en Cisjordanie occupée et en Israël était «trompeur».

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires