Parcours: Sudesh Rughoobur, un habitué des partis politiques

Avec le soutien de
Sudesh Rughoobur est actif en politique depuis plus de 20 ans.

Sudesh Rughoobur est actif en politique depuis plus de 20 ans.

Une carrière politique tout en nuances. Mauve à ses débuts, Sudesh Rughoobur se trouve aujourd’hui au Mouvement socialiste militant (MSM), après une brève virée chez les Rouges. Propulsé au centre de l’actualité à la suite d’allégations de détournement de fonds de pas moins de Rs 20 millions par son partenaire en affaires, Bruno Cohen, ce député de la circonscription n°6 Poudre-d’Or–Grand-Baie éveille la curiosité. D’autant que les avis divergent sur lui.

Sudesh Rughoobur est actif en politique depuis plus de 20 ans. À ses débuts au Mouvement militant mauricien (MMM), il se fait remarquer dans la circonscription n°7 Piton–Rivière-du-Rempart. Il gravit les échelons pour devenir président de l’aile jeune du MMM, dit une source à l’express.

Il habite d’ailleurs la circonscription n°7. Toutefois, dans les années 90, selon notre source, Sudesh Rughoobur a eu un problème avec un membre du comité régional. «C’était une histoire d’argent et il s’est fait expulser du MMM.» Un autre interlocuteur, dans son entourage, assure, lui, qu’il avait quitté les Mauves pour se concentrer sur son travail.

Sudesh Rughoobur a aussi été le conseiller de Rivière-du-Rempart. En 2008, lorsque Madan Dulloo quitte le Parti travailliste (PTr), il se rapproche des Rouges et commence à travailler dans la circonscription n°6. Mais pour les élections générales de 2010, il n’obtient pas de ticket et se désiste au profit de Lormus Bundhoo qui, élu, deviendra ministre de la Santé. Malgré cela, il reste au PTr pendant quelque temps avant de claquer définitivement la porte du parti.

Quand le MMM et le MSM tentent un rapprochement, en 2013, en vue des élections générales de l’année suivante, Sudesh Rughoobur rejoint le parti soleil. «Toutefois, le bureau politique du MMM a été clair. S’il y a alliance, il n’est pas question que Sudesh Rughoobur et Prakash Mauntrooa soient candidats.»

Dépensier

Comme les Mauves s’allient finalement avec le PTr, Sudesh Rughoobur obtient un ticket pour les élections générales sous la bannière de l’alliance Lepep. À la victoire de ce parti en 2014, il devient député pour la première fois.

Il  se retire à ce moment-là de son entreprise familiale, Kalis Ltd, qui comprend aussi Atics Ltd et Keep Clean Ltd, spécialisées dans la construction et l’énergie renouvelable. Il reste consultant pour celle-ci. Selon un proche, la plupart des contrats de la compagnie ont été obtenus avant qu’il ne soit élu député.

Célibataire et sans enfants, il peut passer beaucoup de temps sur le terrain. Une autre source fait ressortir que Sudesh Rughoobur est très généreux. En particulier pour les associations socioculturelles.

Au début, en tant que parlementaire, Sudesh Rughoobur se fait remarquer, surtout pour ses questions qui sont parfois au désavantage du gouvernement. Son explication est alors qu’il travaille principalement pour les mandants de sa circonscription.

On se souvient également de sa prise de position contre le limogeage de Megh Pillay comme Chief Executive Offiver d’Air Mauritius. Plus récemment, il s’est fait taper sur les doigts par l’opposition sur ses questions, adressées au Premier ministre, qui ont monopolisé toute la tranche horaire des questions. Au grand dam des autres députés, qui n’ont, eux, pu poser leurs questions.

Sollicité par l’express, le député de la circonscription n°6 n’a pas souhaité faire de commentaire.

Enquête sur le député : Pravind Jugnauth peu bavard

«Laissez la police faire son enquête.» C’est la première réaction du Premier ministre après la plainte déposée contre le député du MSM Sudesh Rughoobur pour détournement de Rs 20 millions. Répondant aux questions de la presse à l’issue d’une cérémonie de remise de lettres aux bénéficiaires des terrains de l’État, hier, Pravind Jugnauth a souligné, toutefois, qu’il a rencontré le député après la parution d’un article à ce sujet, dans l’express du mercredi 12 avril. Mais il n’a pas révélé la teneur des discussions.

Est-ce une nouvelle polémique qui embarrasse le gouvernement et le MSM ? À cette question de l’express, le Premier ministre a répondu qu’il ne peut commenter la plainte déposée par une tierce personne. «À ce stade, je ne peux pas me prononcer sur cette affaire.»

Pravind Jugnauth s’est également prononcé sur la nomination de l’ancien juge Bhushan Domah comme président de la commission d’enquête sur la vente de 23 % d’actions de la BAI Company Ltd au sein de Britam. «Je ne suis pas au courant si l’ancien juge était détenteur de la police d’assurance Super Cash Back Gold», a-t-il fait comprendre. Et d’ajouter que c’est au principal concerné de décider s’il est apte à assumer cette fonction ou pas.

Par ailleurs, le Premier ministre, pressé de questions sur le sort de Navind Kistnah, recherché dans le cadre de la saisie de 135 kg d’héroïne dans le port. Pravind Jugnauth a répondu qu’il ne peut divulguer des informations qui peuvent «nuire à l’enquête». Sa priorité, dit-il, est de faire tout son possible pour procéder à la saisie des drogues qui transitent à Maurice. «Il existe tout un réseau. Nous devons combattre cette mafia.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires