Dans la presse le 12 avril

Avec le soutien de
Maya Hanoomanjee, alors députée de l’opposition avait failli se faire expulser de l’hémicycle. C’était en avril 2006.

Maya Hanoomanjee, alors députée de l’opposition avait failli se faire expulser de l’hémicycle. C’était en avril 2006.

Il y a 11 ans: le 12 avril 2006

Maya Hanoomanjee frise l'expulsion du Parlement. La députée de l'opposition Maya Hanoomanjee a failli être expulsée de l’hémicycle à la suite d’une altercation avec le ministre de l'Agro-industrie, Arvin Boolell. Ce mardi, la parlementaire MSM pose une question sur la vente des terres de la sucrerie de Rose-Belle. Le ministre explique que la députée pose une question sur un board dont elle a été la présidente quand elle était fonctionnaire.

Des députés de la majorité s'en prennent à Maya Hanoomanjee. La députée de l'opposition proteste, en de termes vifs et parle d’«allégations». Le Speaker, Kailash Purryag, la rappelle à l'ordre et lui demande de retirer ses propos. Elle refuse d'obéir. Elle est sur le point d'être expulsée quand elle finit par obtempérer. Les débats n’étant pas retransmis à la télévision à l’époque, le public n’a pu vivre cette scène en direct.

Il y a 41 ans: le 12 avril 1976

Dayendranath Burrenchobay nommé secrétaire du cabinet. Le secrétaire permanent au Bureau du Premier ministre, Dayendranath Burrenchobay, est le premier Mauricien à occuper les fonctions de secrétaire du cabinet. Il remplace l’Anglais Freebairn Simpson qui a atteint l'âge de la retraite. On dit que le nouveau secrétaire du cabinet est un conseiller très écouté du Premier ministre, sir Seewoosagur Ramgoolam.

Après 25 années de service dans la fonction publique, il touchait, en 1976, Rs 5 500 par mois. Ses salaires passent à Rs 6 250 par mois. Un traitement à comparer avec les émoluments des fonctionnaires et conseillers actuels. Par la suite, devenu chevalier, Sir Dayendranath Burrenchobay fut nommé Gouverneur général.

Sir Dayendranath Burrenchobay fut le premier Mauricien à exercer comme secrétaire du cabinet.

Il y a 31 ans : le 12 avril 1986

Pas de permis de séjour pour l’abbé Diard. Le bureau du Premier ministre décide de ne pas renouveler les permis de séjour et de travail du prêtre catholique Léonard Diard. Ce missionnaire est actif auprès des mouvements ouvriers catholiques, mais le gouvernement lui reproche des activités indésirables. En dépit des protestations de Mgr Margéot, l’évêque de Port-Louis, le Père Diard est prié de quitter le territoire mauricien. Cette décision avait soulevé une controverse à l’époque.

Le Père Léo Diard. Le gouvernement lui reprochait des activités indésirables en milieu ouvrier Son permis de séjour ne fut pas renouvelé. 

Il y a 11 ans : le 12 avril 2006

Trois mois de prison à un assistant commissaire de police (ACP). Oozageer Sunneechurra, ACP à la retraite et ancien patron du Central Criminal Investigation Department (CCID écope de trois mois de prison. Il avait accepté un séjour à l'hôtel Oberoi, alors qu'il enquêtait sur des pratiques illicites attribuées à l'établissement. «Un séjour gratuit dans un hôtel ne fait pas partie des fonctions de l’accusé», décide la magistrate Véronique Kwok. Il semble que les confrères de l’ex-ACP n’ont tiré leçon de sa condamnation. Ces derniers temps, plusieurs policiers ont été successivement arrêtés pour divers délits.

L’ACP Oozageer Sunneechurra fit appel de sa condamnation, mais son recours fut rejeté.

Crime de Bassin Blanc : déposition du Dr Satish Boolell. Au tribunal de Souillac se déroule l’enquête préliminaire sur la mort d’Anshi Ittoo, une collégienne et Tagoresingh Sandooram, un propriétaire d’autobus. Leurs cadavres avaient été retrouvés à Bassin-Blanc le 14 novembre 2002. Le médecin légiste, dans sa déposition, indique que les corps portaient plusieurs marques de violence et que la mort des deux amoureux était due aux coups qu'ils ont reçus. La cour s’appuie sur l’avis du Dr Boolell pour demander à la police d’approfondir l’enquête. A ce jour le crime n’a toujours pas été élucidé.

Le, Dr Satish Boolell, médecin-légiste. Son rapport a dû pousser
la cour à ne pas conclure au suicide d’Ittoo et Sandooram.
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires