Retransmission télévisée des débats parlementaires : des élus font leur cinéma

Avec le soutien de
Le Leader of the House, Pravind Jugnauth, a essayé de garder son calme mardi mais n’a pu tout le temps se retenir.

Le Leader of the House, Pravind Jugnauth, a essayé de garder son calme mardi mais n’a pu tout le temps se retenir.

«C’est normal. Je suis à la télévision.» C’est la réplique de Xavier-Luc Duval à une journaliste qui lui disait qu’il «faisait l’acteur». Ils sont nombreux les élus qui ont pris conscience que la retransmission des travaux parlementaires à la télévision ainsi que sur le Web, est la plateforme idéale pour impressionner les téléspectateurs, dont des électeurs.

À titre d’exemple, le leader du Parti mauricien social-démocrate choisit ses mots depuis que c’est lui qui a le privilège de poser la Private Notice Question. Avec un ton posé, il ne répond pas aux provocations du gouvernement. Il veut aussi donner l’impression qu’il préfère les débats à la démagogie.

À un certain moment, alors même qu’il interpellait le Premier ministre, Pravind Jugnauth, sur le nombre de villas achetées par Álvaro Sobrinho au Royal Park, le leader de l’opposition a pris la peine de lui donner du temps pour chercher des réponses. «Je demanderai au Premier ministre d’être prudent pour ne pas induire la Chambre en erreur car tout peut sortir. Vous avez peut-être été mal informé…»

Le Premier ministre a aussi montré qu’il veut donner une bonne image de lui aux Mauriciens. À maintes reprises, il a gardé son calme devant les remarques de l’opposition tout en prenant un temps d’arrêt pour jeter un regard sur elle. «Pa aret kozé twa…» devait même lui dire Xavier-Luc Duval sous le regard amusé de sir Anerood Jugnauth.

Cependant, quand Rajesh Bhagwan a fait savoir qu’il n’utiliserait pas le mot «honourable» pour désigner le chef du gouvernement, il n’a pas pu se retenir. «To inn bwar Lysol gramatin», a-t-il déclaré à l’égard du député du Mouvement militant mauricien.

Style théâtral

Shakeel Mohamed et Ravi Rutnah sont deux autres membres de l’Assemblée nationale qui ont joué leur va-tout devant les caméras. D’abord, le député travailliste avait tendance à montrer qu’il maîtrise la langue de Shakespeare tout en ayant une bonne articulation. Quant au député du Muvman Liberater, il a joué avec le ton de sa voix, ce qui lui a donné un style plutôt théâtral.

Même Ivan Collendavelloo a changé de comportement. Tandis qu’autrefois, il ne manquait pas de faire de petites siestes pendant les travaux parlementaires, maintenant il a toujours les yeux ouverts dans l’Hémicycle. Il répond aussi avec moins d’arrogance aux questions.

D’ailleurs, il avait pour habitude de répliquer brutalement à Bashir Jahangeer, backbencher du gouvernement, mais le mardi 4 avril, le ministre a pris la peine de demander aux fonctionnaires présents de lui fournir des réponses pour satisfaire le député.

Cependant, plusieurs députés n’ont pas su jusqu’ici profiter des caméras. Paul Bérenger, ancien leader de l’opposition, a posé une seule question supplémentaire en deux séances. La performance de Sanjeev Teeluckdharry est également mal perçue par bon nombre de membres du public.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires