Paul Bérenger: «Le gouvernement a voulu bâillonner l’opposition»

Avec le soutien de
Paul Bérenger a tenu une conférence de presse au Flying Dodo, Bagatelle, ce mercredi 5 avril.

Paul Bérenger a tenu une conférence de presse au Flying Dodo, Bagatelle, ce mercredi 5 avril.

«Zot in konploté ant zot. Fer le néséser pou anpes nou kozé.» Paul Bérenger a été virulent envers les membres du gouvernement, lors d’une conférence de presse au Flying Dodo, Bagatelle, ce mercredi 5 avril. Il est revenu sur l’épisode de son expulsion de la séance parlementaire et du walk-out de l’opposition de l’hémicycle, mardi 4 avril.

Si le leader du Mouvement militant mauricien (MMM) n’a pas réagi «à chaud» mardi 4 avril, c’est parce qu’il était animé d’un sentiment de tristesse et d’étonnement sur le déroulement de la motion de censure, débattue mardi 4 avril au Parlement. Il s’est dit également intrigué par le timing choisi pour le débat. Ce, car selon les Standing Orders, le Parlement n’était pas obligé de le faire aussi rapidement. «Je me suis posé la question : pourquoi ont-ils mis la motion aussi vite ? Est-ce une interprétation restrictive du Parlement pour nous bâillonner ?» 

Paul Bérenger estime que c’est «un abus» qu’il n’a jamais vu depuis 1976. Selon lui, la Speaker Maya Hanoomajee, qu’il qualifie de «biased» et de «parti pris», méritait «pleinement» sa motion. 

Il n’a pas non plus été tendre envers Sanjeev Teeluckdharry, le nouveau Deputy Speaker. Paul Bérenger l’a qualifié de «pseudo Deputy Speaker nul et sans un sens de l’humour». Pour lui, c’est une honte car il a été «mil fwa pir pou so premié zour».

Par ailleurs, il trouve la remarque de Leela Devi Dookhun, «akoz li enn madam», de «révoltant»  et «honteux», alors que le Deputy Speaker a été qualifié de «soutirer». «Pa kapav aksepté sa dir enn zafer koumsa.» 

Commentant l’expulsion que «tou dimounn inn trouvé», il confie que c’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. «L’expulsion, c’est la sanction suprême. Pourquoi m’a-t-il expulsé ? Je n’en sais rien. Personne ne le sait. Je n’ai jamais vu ça.»

Le leader des mauves se dit triste pour la démocratie. Selon lui, le Parlement n’est jamais tombé aussi bas depuis 1976. «Après 1983, la situation était similaire. Servi mazorité. Servi Speaker. Mo ti krwar inn dépass sa. Mé nounn rétourn a bann moman sonbr.» Il est d’avis que nous sommes dans une dictature parlementaire et que le gouvernement a décidé d’utiliser sa majorité au Parlement pour manipuler la Speaker. Il dit remercier quand même «la réaction spontanée» de l’opposition, qui a réagi devant les abus. 

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires