St-Julien-d’Hotman: un village où les habitants croient en l’unité

Avec le soutien de
Le centre social qui, d’ordinaire, est plein d’animation.

Le centre social qui, d’ordinaire, est plein d’animation.

Récemment, le Village hall a été doté d’un gymnase moderne, le terrain de foot a été bien éclairé, plusieurs facilités sont proposées dans des centres de loisirs, entre autres.

Néanmoins, lors d’une petite visite dans ce village en vue de rencontrer des habitants et de mieux faire connaissance avec St-Julien-d’Hotman, l’on se rend compte qu’ils sont quelque peu déçus lorsqu’il s’agit de développement au niveau des commerces. 

Situé juste après le village de Providence, en provenance de Quartier-Militaire, à l’entrée même, la magnifique vue d’un temple situé sur une colline se présente. D’ailleurs, ce temple est appelé «Mandir colline» par les nombreux habitants. Quelques mètres plus loin, le Domaine Reets est en vue. Ce lieu appartient à la famille Reetoo, qui est très connue du village. C’est aussi un endroit très fréquenté à cause de son cadre magnifique qui comporte plusieurs grandes salles magnifiquement décorées et utilisées lors de grandes occasions. Cette famille possède également l’école privée Twinkle Stars, qui est fréquentée par des enfants du préscolaire et du primaire issus de différentes régions.

Plusieurs habitants se sont lancés dans le commerce, car boutiques, petites tabagies, supermarchés, quincailleries et même des magasins foisonnent. Mais l’absence d’une boulangerie et d’une pharmacie est déplorée. «Ces deux services sont très importants dans le quotidien des habitants et pour cela, nous devons nous rendre au village de Mont-Ida», explique Dharam Jankee, un natif du village.

Ils étaient deux.
Il n’en reste plus qu’un à vous saluer à St-Julien-d’Hotman.

L’unité: beauté du village

D’où que l’on vienne, pour se rendre au village de Camp-Thorel, il faut obligatoirement passer par St-Julien-d’Hotman, qui est la principale artère qui y conduit. Mais c’est un sentiment de tristesse qui envahit les habitants. L’entrée de cette rue avait de tout temps été identifiée par la statue d’un petit bonhomme, connue dans la région comme «Bolom Salute. Mais depuis envrion trois ans, malheureusement, ce petit bonhomme n’y est plus. On l’a volé ! Il y en avait deux, un à l’entrée et l’autre à la sortie du village. Désormais, il ne nous en reste qu’un», lance un des habitants.

Le village de St-Julien-d’Hotman a plusieursinfrastructures qui sont mises à la disposition des habitants. Comme le centre social, qui est très animé durant la journée avec différents cours destinés aux femmes au foyer, ce lieu est aussi utilisé par les associations des personnes du troisième âge. «Nous avons un Village hall qui offre toute une panoplie d’activités, un nouveau gymnase pour les activités physiques, un terrain de foot en bon état et aussi un jardin d’enfants», confie Ajay Rawoojee, commerçant et président de St Julien d’Hotman Marathi Association. Au centre du village se trouve l’école primaire Mohunparsad Rambarrun Govt School, institution fréquentée par bon nombre d’écoliers de la région.

Le village de St Julien d’Hotman est aussi très fréquenté à cause du Bassin Loulou, maintenant connu comme le Gyaneshwaree Talao. Ce lieu a été récemment embelli et il est utilisé lors de cérémonies religieuses. Pour Ajay Rawoojee, ce qui fait la beauté du village est plutôt l’unité vécue des différentes religions. «Nous sommes très unis et c’est cela notre point fort», dit-il. S’il convient que toutes les religions ont un endroit pour prier, il déplore toutefois l’absence de chapelle. «Nous avons déjà soumis une demande à ce propos et nous attendons toujours la réalisation de ce projet.»

Au cours de la promenade dans le village, l’on apprend aussi que des gros camions transportant la canne durant la saison de la coupe causent bien des ennuis. «Ce sont des camions souvent surchargés. Ils occasionnent des embouteillages et plus grave encore, ils cassent les fils électriques et téléphoniques sur la route principale», lance un des habitants., Ce problème a d’ailleurs souvent été rapporté dans la presse.

Autrement, St-Julien-d’Hotman reste toujours ce petit village tranquille où, parmi ses habitants, l’on y côtoie des planteurs de canne, des fonctionnaires affectés à différents ministères et beaucoup de jeunes qui fréquentent les institutions d’enseignement supérieur.

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x