Rezistans ek Alternativ: «L’alliance Lepep trahit la confiance de la population »

Avec le soutien de
Rezistans ek Alternativ, qui était face à la presse ce samedi 1er avril.

Rezistans ek Alternativ, qui était face à la presse ce samedi 1er avril.

Le manque de transparence gouvernementale pousse au ras-le-bol. C’est l’opinion de Rezistans ek Alternativ, qui était face à la presse ce samedi 1er avril. Selon eux, l’accumulation de scandales, de gaspillage de fonds publics et l’habitude de mettre le public devant des faits accomplis va finir par provoquer des protestations. Voire une désobéissance civile. Rapport de l’audit, affaire New Mauritius Hotels(NMH) ou encore la privatisation de la Central Water Authority (CWA)…Autant de thèmes abordés par le parti de gauche lors d’un point de presse à la mi- journée. 

Selon Michel Chiffonne, le rapport de l’Audit «montre tous les gaspillages de l’état mis en avant par plusieurs rapports successifs sans que le gouvernement intervienne .» Il ajoute que le rapport est la preuve que le gouvernement n’a pas de plan détaillé. Le rapport, dit-il, donne plus de poids aux idées de ceux qui prônent la privatisation des services. Michel Chiffonne avance que pour  avoir une bonne compréhension de ce rapport, il serait souhaitable qu’il soit mis en ligne au fur et à mesure de son élaboration. « L’audit fait un travail respectable mais que pour l’aisance de lecture du public il faudrait que les parties rédigées soient mises en ligne sur le site au fur et mesure. Cela va permettre  aux citoyens de mieux suivre.»

Rezistans ek Alternativ a aussi critiqué la nomination d’un enquêteur issu du secteur privé pour enquêter sur l’affaire NMH. Selon Jean Yves Chavritmootoo, «un enquêteur du privé ne nous rassure pas. Il faut la mise ne place d’un Fact- Finding Comitte pour faire lumière sur les lacunes de la législation dans plusieurs cas.» 

En ce qui concerne la privatisation de la CWA, le parti pense qu’une telle démarche risque de mettre en péril le droit à l’eau potable. La privatisation ferait donc de l’eau un business. La carte d’identité biométrique a également été abordée. Les membres de Rezistans ek Alternativ exigent des garanties écrites quant à la destruction des empreintes collectées pour les besoins de la carte. De plus, ils estiment que le Premier Ministre (PM) actuel « sera responsable si les Mauriciens qui n’ont pas la nouvelle carte ont des soucis avec les autorités ». Car le parti rappelle que Pravind Jugnauth avait demandé au public de boycotter la nouvelle carte lorsqu’il était dans l’opposition.  

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires