Cannabis: l’Argentine légalise son usage médicinal

Avec le soutien de

Les sénateurs argentins ont définitivement adopté mercredi une loi autorisant l’usage thérapeutique d’huile de cannabis, mais ont maintenu l’interdiction de cultiver la plante, une revendication des familles de malades.

La loi, qui avait déjà été approuvée par les députés en novembre, permet l’importation d’huile de cannabis pour les patients ayant des prescriptions médicales et au ministère argentin de la Santé de fournir gratuitement le médicament dans des cas d’épilepsie, d’autisme et d’autres pathologies.

«C’est un rêve qui se réalise, une immense joie car cela va soulager (...) les patients quelle que soit leur pathologie», a déclaré à l’AFP Maria Laura Alasi, mère de Josefina, 4 ans, qui est atteinte depuis l’âge de 7 mois du syndrome de West, une grave forme d’épilepsie.

Cette loi «ouvre la voie à ce que la substance soit obtenue auprès d’un fournisseur légal et à un accompagnement médical», s’est félicité le docteur Marcelo Morante dans les couloirs du Sénat, après l’adoption du texte.

Depuis la décision pionnière de l’Uruguay, qui a été en décembre 2013 le premier pays au monde à avoir légalisé la production, la distribution et la consommation du cannabis, d’autres comme le Mexique, la Colombie et le Chili ont infléchi leur position dans un contexte de légalisation progressive de la marijuana sur le continent américain.

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x