Saisie de 135 kg d’héroïne: le gérant de Gloria Fast Food bientôt convoqué par l’ICAC

Avec le soutien de
Shahebzada Azaree, gérant de Gloria Fast Food, en compagnie de son épouse, au Champ-de-Mars.

Shahebzada Azaree, gérant de Gloria Fast Food, en compagnie de son épouse, au Champ-de-Mars.

Coup d’accélérateur dans l’enquête de l’Independent Commission against Corruption (ICAC) sur le blanchiment d’argent entourant la saisie de 135 kilos d’héroïne dans le port. Shahebzada Azaree, dit Dade, gérant de Gloria Fast Food de la rue SSR (ex-rue Desforges), à Port-Louis, sera, dans les prochains jours, appelé à s’expliquer sur sa relation avec certains «habitués» du Champ-de-Mars et sur ses liens avec le courtier en douane Navind Kistnah, le principal suspect dans cette affaire de drogue.

Parallèlement, le quartier général de l’Anti Drug & Smuggling Unit a demandé au Passport & Immigration Office un report on departure si jamais Shahebzada Azaree se présente au comptoir de l’aéroport. À une étape ultérieure de l’enquête, la police compte interroger le quadragénaire sur la saisie de 135 kilos d’héroïne, d’une valeur marchande de plus de Rs 2 milliards, le jeudi 9 mars.

En outre, les enquêteurs de la commission anticorruption tentent de comprendre les activités du duo Navind Kistnah-Shahebzada Azaree au sein du monde hippique. D’ailleurs, les entraîneurs Jean-Michel Henry et Simon Jones ont été appelés à fournir des explications sur les investissements financiers de Gianchand Dewdanee et de Shahebzada Azaree. Leurs chevaux ont couru sous le nom de ces derniers l’année dernière.

Or, Jean-Michel Henry et Simon Jones ont expliqué que ces deux protagonistes ne sont en fait que des «guest owners» du Mauritius Turf Club et non des propriétaires de chevaux. L’un des points mentionnés dans le rapport de la commission Parry sur les courses hippiques à Maurice en 2015 avait, justement, fait mention de l’opacité des guest owners.

«The commission cannot judge precisely where monies come from to purchase horses but it is clear that the use of ‘black money’/laundering of illicit funds is made easier by the current lack of transparency in the sales process. The current system is not transparent. The commission strongly feels that the source of funds and method of payment should be clearly declared in the sales process. The real identity of the owner of the horse must be declared. The commission heard evidence of ‘figurehead’ owners ‘behind the scenes’ and even ‘fictitious owners’ representing persons who are being investigated for money laundering and other corrupt practices.»

Jean-Michel Henry et Simon Jones ont, dans la foulée, fourni d’autres renseignements que l’ICAC s’apprête à vérifier avant l’interrogatoire de ShahebzadaAzaree. Par ailleurs, les enquêteurs de l’ICAC ont déjà entendu les deux frères de Navind Kistnah. Ces derniers ont nié tout lien avec la compagnie KUN Management Ltd de leur frère, actuellement en cavale. En plus, ils ont soutenu n’avoir reçu aucun transfert d’argent de sa part.

Publicité
Publicité

Les choses ont démarré début mars. Les autorités découvrent 135 kilos d’héroïne dissimulés dans des compresseurs sur le MSC Ivana. Les soupçons se portent sur Navind Kistnah, qui la veille avait déjà quitté l’île Maurice. Pour mieux comprendre cette actualité, voici tous les développements liés à cette affaire.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires