[Vidéo] SOS Poverty: l’informatique à portée de mains

Avec le soutien de
Des cours d’informatique dispensés par SOS Poverty. Les personnes du troisième âge sont de plus en plus intéressées, indique-t-on.

Des cours d’informatique dispensés par SOS Poverty. Les personnes du troisième âge sont de plus en plus intéressées, indique-t-on.

«Il n’y a pas d’âge pour apprendre. C’est vraiment fascinant tout ce que je découvre ici. Vous vous imaginez que maintenant je peux rédiger moi-même mes documents, utiliser l’Internet…» Surrendra Rambhowan, 69 ans, est tout fier d’avoir pu découvrir l’informatique à son âge. Ce, grâce à SOS Poverty, une organisation non-gouvernementale (ONG) fondée depuis 1998.

Tout comme Surrendra Rambhowan, deux jeunes femmes scrutent avec enthousiasme le tableau affichant les consignes de Farhanah Dillmahomed-Mudhoo, IT Trainer de SOS Poverty. «À l’école, j’ai pratiqué l’informatique jusqu’en Form III, mais je ne comprenais pas. Ici, tout se fait progressivement. Je suis fière d’y être parvenue par moi-même. Désormais, je pourrai transmettre ces apprentissages à ma maman et à mon papa», confie Nabeehah Surfally, 21 ans. Quant à sa camarade, Zeinab Suffee, 20 ans, les approfondissements technologiques du cours lui seront très utiles aussi bien dans ses études que dans son futur travail.

En fait, ces élèves font partie du nouveau groupe de formation tout récemment lancé par SOS Poverty. D’ailleurs, l’ONG procède actuellement au recrutement des participants. L’objectif est de favoriser l’accessibilité technologique aux personnes âgées de 15 ans et plus, soutient Saajidah Dauhoo, présidente de l’association. «Au départ, nous voulions aider les gens en les rendant plus “employables”, en particulier les femmes et ceux dans le besoin. Aujourd’hui, il est indispensable pour tout un chacun de savoir maîtriser la technologie, surtout dans le milieu du travail», explique-t-elle.

Farhanah Dillmahomed Mudhoo dit, de son côté, observer un intérêt prononcé des personnes du troisième âge pour l’informatique. «Souvent, cette catégorie de personnes n’a pas l’opportunité d’apprendre à utiliser ces technologies. Pourtant, elles se montrent très intéressées. Il faut les y encourager.» Et ce mercredi matin, c’est particulièrement l’usage du logiciel PowerPoint qui mobilise les participants.

«Quand vous utilisez Word, c’est une nouvelle page que vous ouvrirez. Pour Excel, c’est une feuille de calcul. Et quant au PowerPoint, il est question de slide. Je vais vous montrer comment intégrer une nouvelle diapositive, une image ou encore un graphique», indique la formatrice. Au fil de ses explications, elle leur donne des travaux pratiques. Cliquant et pianotant frénétiquement sur souris et clavier, les étudiants s’attellent à la tâche sous l’assistance de Farhanah Dillmahomed-Mudhoo, qui les évalue à chaque cours.

Deux types de formations

Généralement, l’établissement dispense deux types de formations: le Digital Literacy et les Unlimited Potentials. Dans le premier cas, il s’agit d’une formation basique pour comprendre le fonctionnement des logiciels comme Word, Excel, PowerPoint et Access. La navigation sur Internet en fait également partie. «Nous apprenons aux participants à créer un courriel, utiliser un chatroom, faire des achats et ventes en ligne, notamment», précise notre interlocutrice.

La durée est de deux mois. Quant à la fréquence, elle est de 9 h 30 à midi le lundi et le mercredi. Et en ce qui concerne le second volet, il est consacré aux fonctionnalités plus avancées de ces mêmes programmes et s’effectue sur deux mois et demi. Ce cours se tient les après-midi durant ces deux jours.

L’initiative, prise par SOS Poverty depuis quelques années, a permis de former à ce jour environ 3 000 personnes dans les centres basés à Rose-Hill, Quartier-Militaire, Lallmatie, Rose-Belle et Port-Louis. Cependant, faute de moyens financiers, les diverses antennes ont dû fermer leurs portes sauf celle de Port-Louis.

Une contribution symbolique de Rs 350 est apportée par tout adhérent. «Le cours en lui-même reviendrait à au moins Rs 7 000. Nous faisons de notre mieux en tant qu’ONG pour aider les gens», confie la présidente de l’organisation. À la fin du cours, un certificat, approuvé par la Mauritius Qualifications Authority, est remis à chaque participant.

Hormis ces formations régulières, SOS Poverty dispense, en parallèle, d’un autre programme informatique aux enfants de la Grade 6 à monter. Ces derniers peuvent y adhérer pendant la période des vacances scolaires de décembre.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires