Nouvelle saisie de 20 kg d’héroïne: Navind Kistnah soupçonné d’être l’importateur

Avec le soutien de
À l’intérieur de deux compresseurs, 15 et cinq kilos d’héroïne, respectivement, étaient dissimulés.

À l’intérieur de deux compresseurs, 15 et cinq kilos d’héroïne, respectivement, étaient dissimulés.

Quinze jours après la saisie de 135 kilos d’héroïne dans le port, d’une valeur marchande de plus de Rs 2 milliards, une nouvelle collaboration entre l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) et la Customs Anti-Narcotic Section a permis, vendredi après-midi 24 mars, de découvrir une autre cargaison de cette même drogue, soit 20 kilos, estimés à plus de Rs 300 millions, à bord du MSC Filomena. C’est la même personne, Navind Kistnah, le courtier en douane de 34 ans, qui se trouve actuellement en Afrique du Sud, qui est soupçonné d’être derrière cette importation.

Comme la première saisie, le même mode opératoire a été utilisé pour faire entrer cette drogue par voie maritime. À l’intérieur de deux compresseurs cinq et 15 kilos d’héroïne, respectivement, étaient dissimulés. Et encore une fois, c’est aux noms de Sibi Thomas et de Gianchand Dewdanee, deux directeurs de Brilliant Resources Consulting Ltd, que cette cargaison est arrivée. Ces deux hommes, arrêtés par la brigade antidrogue à la suite de la saisie de 135 kilos d’héroïne au port, le 9 mars, devraient être interrogés sur cette nouvelle saisie hier. En attendant l’interrogatoire de Navind Kistnah.

Depuis la saisie des 135 kilos d’héroïne en provenance de Durban, en Afrique du Sud, à bord du navire MSC Ivana, toutes les importations dont Navind Kistnah devait s’occuper sont passées au crible par la Customs Anti Narcotic Section. C’est ainsi qu’une chargeuse compacte Bobcat, en provenance d’Afrique du Sud, a été examinée cette semaine. Or, aucune drogue n’a été retrouvée dans cet équipement.  

Le MSC Filomena est arrivé à Port-Louis, mercredi. Un conteneur suspect, dans lequel se trouvaient deux caisses en bois, a été acheminé hier au terminal Aurélie Perrine pour une vérification. Tout un mécanisme a été mis en place avec des officiers de la douane, dont le directeur Vivekanand Ramburun, le chef de la Customs Anti Narcotic Section Feizal Bundhun, le chef d’équipe Prabhas Reesaul, de même que le patron de l’ADSU, l’adjoint au commissaire de police (DCP) Choolun Bhojoo ; le surintendant de police Sharir Azima et les assistants surintendants de police Enrico Imembaccus et Jacques Jean Pierre.

Renforcement de l’unité canine

Les compresseurs ont été passés au scanner, avant d’être découpés. Après la découverte de sacs en plastique à l’intérieur, les deux chiens renifleurs de la douane, Cassidy et Seuntjie – ce dernier récemment importé d’Afrique du Sud – ont positivement réagi à la présence de drogue. Ces chiens seront, d’ici deux ans, rejoints par 18 autres, qui viendront renforcer l’unité canine.

En début de soirée, le DCP Bhojoo et Vivekanand Ramburun ont fait une déclaration à la presse, devant le quartier général de l’ADSU aux Casernes centrales. Le premier a félicité la Customs Anti Narcotic Section, qui existe depuis six mois.

La brigade antidrogue communique peu sur cette enquête. Mais, toute l’attention est braquée sur Navind Kistnah, qui fait l’objet d’un mandat d’arrêt international. Il est soupçonné par l’ADSU de travailler pour un des trois maillons forts du trafic de stupéfiants, qui opérerait à partir de la prison de Beau-Bassin.

Sibi Thomas et Gianchand Dewdanee ont nié être impliqués dans ce trafic. Mais, ils seront confrontés à cette nouvelle saisie en début de semaine, dit-on. L’équipe d’enquêteurs surveille une autre cargaison de marchandises, importée pour cette même compagnie et qui devrait arriver à Maurice prochainement. Quant à la mission du DCP Bhojoo et de l’assistant surintendant de police Jean Pierre en Afrique du Sud récemment, aucun détail n’a transpiré du côté de la police.

 Importation de 135 kg de drogue: le frère du courtier interrogé par l’ICAC

Arvind Kistnah aurait-il des informations concernant les transactions douteuses de son frère Navind? Ce dernier est un des suspects dans l’affaire de la saisie record d’héroïne dans le port. Deux aspects de l’enquête préoccupent actuellement les enquêteurs de l’Independent Commission against Corruption (ICAC). Primo : quel est le lien entre le courtier maritime et le propriétaire d’une chaîne de fast-food soupçonné d’être un trafiquant de drogue ? Secundo : où sont les sommes faramineuses que Navind Kistnah a remportées aux courses ?

L’ICAC penche pour la thèse du transfert sur les comptes de ses proches. Car ces derniers avaient affirmé dans les médias que le courtier avait de la chance aux jeux, notamment dans les courses hippiques et les casinos. Des reçus, avec des gains de plus de Rs 500 000, avaient été publiés dans la presse. Raison pour laquelle les limiers ont convoqué Arvind Kistnah, le frère du suspect. Mais il a avancé ne rien savoir sur les activités professionnelles de son frère, ni sur ses fréquentations au Champ-de-Mars. Il dit aussi ignorer les relations de son frère avec le duo Sibi Thomas-Gianchand Dewdanee. L’ICAC pourrait convoquer d’autres proches d’Arvind Kistnah.

Publicité
Publicité

Les choses ont démarré début mars. Les autorités découvrent 135 kilos d’héroïne dissimulés dans des compresseurs sur le MSC Ivana. Les soupçons se portent sur Navind Kistnah, qui la veille avait déjà quitté l’île Maurice. Pour mieux comprendre cette actualité, voici tous les développements liés à cette affaire.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires