[Vidéo] L’hôtel Providence tire sa révérence

Avec le soutien de

Dans quelques jours l’hôtel Providence ne sera plus qu’un souvenir. Après avoir abreuvé les Portlouisiens pendant plus d’un demi-siècle, ce «lotel dité», un des derniers de son genre, va tirer sa révérence.

C’est un des plus anciens commerces de la rue Desforges. Une de plus petites aussi. L’intérieur de l’hôtel Providence ne peut accueillir plus d’une dizaine de personnes. Des tables en formica et des tabourets sont les seuls meubles qui ornent la petite salle. L’espace n’est pas plus large qu’un couloir. L’intérieur est sombre. Il y fait chaud, mais il en faut bien plus pour décourager l’habitué des lieux, qui ne peut se passer de sa tasse de thé. Peu importe l’heure de la journée. 

Avant de s’installer, il a déjà pris son pain avec son «gato pima» à l’entrée. C’est là que se trouve la grande boîte de pain où les baguettes et les «dipin mézon» cohabitent, bien que chacun ait son propre compartiment. Mais ce n’est ni le pain, ni le thé et encore moins les «gato pima» qui ont fait la renommé du lieu. Ce sont les beignets aux aubergines. 

Tous ceux questionnés le confirment. «Dépi 40 an mo manz gato brinzel isi. Zamé monn manz enn koumsa lot plas», lance Ismael. D’ajouter que même sa femme n’arrive pas à reproduire les beignets de l’hôtel Providence. 

L’établissement est géré par la famille Allykhan. Ils sont à cinq frères, dont trois qui se relayent pour faire tourner les cuisines de cinq heures jusqu’à 23 heures. «Cela fait deux ans que nous tergiversons. Mais nous sommes arrivés à un point où nous n’en pouvons plus. Nous n’avons d’autre choix que de baisser les rideaux», confie Younouskhan Allykhan.

Tawha Chuttoo, le roi des «gato brinzel»

L’homme derrière les «gato brinzel» est Tawha Chuttoo. On le retrouve dans la cuisine, qui se situe à l’arrière de la salle. Âgé de 59 ans, il rit lorsqu’il est questionné sur ses années de service. «Je ne sais pas. Personne ne sait.» Il ne quitte pas son plan de travail des yeux. Armé de son couteau, il tranche les aubergines avec une dextérité à faire pâlir les candidats d’une télé-réalité culinaire. Le son du couteau heurtant le plan de travail en métal est régulier et incessant. Ce qui lui a valu le surnom de «Fast Food Operator» de la part des cinq frères Allykhan. 

Lorsqu’on lui demande combien d’aubergines est-ce qu’il coupe par jour, il rit de plus belle. «Kouma ou krwar kav konté sa ?»

Fazila Ramdoo, «madam roti»

Fazila Ramdoo travaille à «lotel dité» depuis dix ans. Sa cuisine est un peu plus petite et se situe juste à côté. Il y fait chaud et humide. Mais cela ne la dérange pas le moins du monde. «J’ai l’habitude.» 

Elle, c’est madame «roti» et «tikka». «J’ai travaillé ailleurs dans ma vie. Mais ce n’est que lorsque je suis arrivée ici que j’ai pu faire un peu de progrès dans ma vie.» En dix ans, elle a pu se construire une maison, marier ses trois enfants et économiser. 

Lorsque la fermeture imminente est évoquée, la tristesse fait surface. «Je ne suis pas prête. Je ne le serai jamais. Monn rodé lot travay. Mé pa pé gagné mem lapay.» Mais ce n’est pas cela qui importe le plus. Les conditions de travail à l’hôtel Providence sont tout aussi excellentes que les «gato brinzel» : bonus à la fin de l’année, autre bonus pour la fête Eid, possibilité de consommer ce qu’elle veut, contribution au fonds de pension… elle fait la liste en triturant un coin de son tablier délavé, geste qui trahit son stress. 

«Lorsqu’on a besoin d’argent, c’est notre ‘bourzoi’ même qui nous avance et on repaye à notre rythme. Où voulez -vous qu’on aille travailler après cela ?» dit-elle en larmes.

Suleiman Ameerkhan, «misié dité»

À 50 ans, Suleiman Ameerkhan est le plus ancien employé de la boîte. Il a passé les 38 dernières années avec la famille Allykhan, à l’hôtel Providence. Ce n’est pas pour rien que le cœur du commerce lui a été confié. C’est, en effet, lui qui prépare le thé. Son «dekti» de lait ne désemplit pas. Ses bouilloires vintage en aluminium non plus. 

Comment se prépare un vrai «dité lotel» ? Une cuillère de sucre, une louche de lait et le thé directement de la bouilloire. Il mélange le tout dans une boîte en fer blanc qu’il fait tourner dans une bassine d’eau pour le contenu et voilà ! Le thé est prêt. Le tout en moins de cinq secondes.

Le secret ? Il ne le dévoile pas, mais on comprend que le lait et le thé sont en constante ébullition. «Kan éna sa kantité dité-la pou fer, pa kav perdi létan.» 

Lui non plus n’a aucune idée du nombre de tasses qu’il prépare par jour. «J’ai grandi ici. J’ai vu ce lieu se transformer. J’ai vieilli avec la famille et la clientèle. C’est une partie de moi qui s’en va…» À la fermeture, il ne sait pas ce qu’il fera de sa vie, lui qui a toujours eu qu’un emploi.

Une publication du quotidien BonZour!

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires