Saisie de Rs 2 mds d’héroïne: le patron de l’ADSU en Afrique du Sud

Avec le soutien de
Le patron de l’ADSU et l’adjoint au commissaire de police, Choolun Bhojoo a mis le cap sur l’Afrique du Sud dimanche.

Le patron de l’ADSU, l’adjoint au commissaire de police Choolun Bhojoo, a mis le cap sur l’Afrique du Sud, dimanche.  

Trois membres de la police ont mis le cap sur Johannesburg, dimanche, dont le patron de l’ADSU, l’adjoint au commissaire de police, Choolun Bhojoo, et l’assistant surintendant de police, Jacques Jean Pierre. Ils rencontreront les autorités policières sud-africaines afin de localiser Navind Kistnah, parti pour Johannesburg, le mercredi 8 mars, soit deux jours avant que la drogue ne soit interceptée dans le conteneur «MSC Ivana», en provenance de Durban. Navind Kistnah est sous le coup d’un mandat d’arrêt international après que l’aide d’Interpol a été sollicitée.

Entre-temps, à Maurice, toutes les équipes de l’ADSU sont mobilisées pour faire la lumière sur les relations qui existent entre Sidi Thomas et Gianchand Dewdanee. Ces derniers, qui dirigent la compagnie Brillant Resources Consulting Ltd, ont été arrêtés car les compresseurs dans lesquels était dissimulée la drogue leur étaient destinés. Quant à Navind Kistnah, il aurait été le facilitateur pour le dédouanement de cette cargaison.

Navind Kistnah: «Je n’en peux plus de Maurice»

Il se qualifie comme un homme sans histoire et qui a connu la misère. Navind Kistnah, le principal nom cité dans l’affaire des 135 kg d’héroïne d’une valeur de Rs 2 milliards saisis dans le port, affiche la sérénité et clame son innocence. Qui est-il ?

Cet homme de 34 ans nous raconte qu’avant de se rendre en Afrique du Sud, il a grandi à Petite-Rivière en compagnie de ses parents et de ses deux frères aînés. Élève au Port-Louis High School, il a abandonné ses études après la Form V. Très jeune, il s’est intéressé aux jeux du hasard, aux paris et aux courses hippiques. «J’étais pauvre. Je n’avais même pas les moyens de prendre le bus. Ce n’est qu’après avoir remporté des paris et  gagné beaucoup d’argent aux casinos, que je me suis fait un nom. J’ai alors créé mon entreprise, KUN Management INT Ltd en 2016.»

Par ailleurs, il a quitté son île natale pour le boulot. «Je loue une maison ici en Afrique du Sud. Tous mes papiers sont en règle.»

Mis à part la pauvreté dans laquelle il vivait étant jeune, la vie du courtier maritime pour lui n’a pas toujours été un long fleuve tranquille. Pour cause, en 2010 et 2015 respectivement, il doit répondre de deux cas de vol et de blanchiment d’argent. «Dans le premier cas, j’ai payé une amende de Rs 15 000 alors que le second a été rayé récemment. Je pense que cela a joué contre moi.»

Compte-t-il revenir à Maurice ? «Hors de question. Pas tant que les allégations formulées contre moi ne sont pas complètement levées. Je n’en peux plus de Maurice», rétorque-t-il.

Mais s’il est serein et n’a rien à cacher, pourquoi fuit-il les autorités mauriciennes ? «Je ne les fuis pas. Mais en lisant tout ce qui a été écrit sur moi, je suis certain que je vais faire un séjour en prison avant de pouvoir prouver mon innocence. Ils sont tous contre moi, alors que je ne suis pas quelqu’un de mauvais. Je n’ai jamais vu la drogue de ma vie. Qui plus est, je ne suis pas intéressé à cela. Je vis ma vie sans stress», avance-t-il.

À la question s’il connaît les autres suspects dans cette affaire, notamment Sidi Thomas et Gianchand Dewdanee, il répond par la négative. «Je ne les ai jamais vus de ma vie.» Quant aux allégations faites à son encontre, il demande à l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) «de les prouver».

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires