Affaire Àlvaro Sobrinho: Me Rajahbalee et le Pr. Mohamedbhai passent à l’offensive

Avec le soutien de
Me Rajahbalee insiste qu’il n’est pas impliqué dans la demande de permis faite par Álvaro Sobrinho auprès de la FSC

Me Rajahbalee insiste qu’il n’est pas impliqué dans la demande de permis faite par Álvaro Sobrinho auprès de la FSC.  

«Grossières et aisément réfutables.» Voici comment le cabinet d’avocats BLC Robert & Associates qualifie les tentatives de l’Álvaro Sobrinho Africa Ltd (ASA) de se défendre auprès de la Financial Services Commission (FSC). Ce, après  des échanges de courriers entre l’ASA, groupe dont l’un des directeurs est Álvaro Sobrinho, et la FSC. Des courriers qui laisseraient à penser qu’Iqbal Rajahbalee et le Pr. Goolam Mohamedbhai, président de l’Utility Regulatory Authority, ont un lien avec l’Angolais.

Iqbal Rajahbalee est en fait le Senior Counsel et Managing Partner de BLC Robert & Associates. En annexe à une lettre que l’ASA a envoyée à la FSC, figurent deux factures, datées de janvier et février 2017, du BLC Roberts & Associates à l’ASA. Celles-ci concernent l’acquisition d’actions d’une compagnie nommée Taysun Corporate Services.

«L’acquisition de Taysun Corporate Services et un courrier à la Banque de Maurice interviennent en janvier 2017 et ne sont nullement concernés par l’Investment Banking», soutient le communiqué du BLC Roberts & Associates Chambers. Les factures, insiste Iqbal Rajahbalee, n’ont rien à voir avec la demande de licence d’Investment Banking pour laquelle l’ASA affirme avoir retenu les services de l’homme de loi.

Du reste, des trois documents annexés à la lettre de l’ASA, aucun n’est directement lié à la demande d’une Investment Banking Licence. Le dernier document présenté serait une correspondance entre Me Jean-Eric Sauzier, membre du BLC Robert and Associates, et Jose Pinto, Board Director de l’ASA. Il évoque une réunion qui aurait eu lieu entre les représentants de BLC Roberts and Associates et Jose Pinto. Mais cette fois-ci également, il n’a pas été question de licence d’Investment Banking, martèle le cabinet d’avocats dans son communiqué. «Il était question lors de cette réunion des procédures d’une licence bancaire, donc auprès de la Banque de Maurice», ajoute-t-on.

Cependant, selon Iqbal Rajahbalee, cette réunion a été suivie d’une demande de devis qui est, elle, restée sans suite. Et le communiqué le réaffirme : «Ni Me Iqbal Rajahbalee ni BLC Robert & Associates n’ont été les conseillers juridiques pour la demande d’une Investment Banking Licence auprès de la FSC.»

Refus du cabinet d’avocats

En revanche, le communiqué vient mettre à la lumière du public que Mauricio Fernandes, le directeur général du Planet Earth Institute (PEI) aurait, le 6 mars 2017, contacté BLC Roberts and Associates. Il a, selon ce communiqué, dit souhaiter retenir les services légaux de Me Iqbal Rajahbally après l’éclatement de l’affaire. Mais le cabinet d’avocats a refusé. «Il semble évident aujourd’hui qu’il y a eu une tentative ‘après-coup’ de mettre Me Rajahbalee et BLC Robert Associates dans l’affaire», estime-t-on au BLC Robert Associates.

En ce qui concerne le Pr. Goolam Mohamedbhai, l’ASA a aussi envoyé à la FSC des échanges d’e-mails entre ce dernier et Mauricio Fernandes. Les échanges mettent en évidence deux rencontres entre les membres du PEI et le Pr Goolam Mohamedbhai, à Johannesburg et à Londres. Mais le Pr Mohammedbhai est catégorique : «J’ai rencontré des membres du PEI dans deux événements en relation avec le projet Partnership for Skills in applied Sciences, Engineering and Technology mais je n’étais pas au courant de l’existence de l’ASA avant les articles de presse.»

Il souligne que le PEI avait pour projet d’accueillir le fonds du PASET à Maurice et c’est pour ce fonds qu’il avait accepté d’aider le PEI. «Cependant, le fonds a été accueilli par l’Association of African Universities et non le PEI. Après cela, je n’ai plus jamais eu de contacts avec Álvaro Sobrinho ou d’autres membres du PEI.»

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires