Google s’excuse pour des publicités apparues sur des contenus «controversés»

Avec le soutien de
Parmi ces messages controversés figurent des propos défendant le viol, des termes antisémites et des prêches incitant à la haine, a précisé le journal.

Parmi ces messages controversés figurent des propos défendant le viol, des termes antisémites et des prêches incitant à la haine, a précisé le journal.

Le président de Google Europe a présenté lundi les excuses du géant de l’internet pour la diffusion de publicités à côté de contenus «controversés», notamment sur YouTube, au moment où de nombreuses entreprises britanniques suspendent leurs annonces.

«Je voudrais présenter nos excuses à nos partenaires et annonceurs qui ont vu leurs publicités apparaître auprès de contenus controversés. Nous prenons très au sérieux nos responsabilités pour ces problèmes», a expliqué Matt Brittin, président de Google pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique, dans un communiqué.

Google est pris depuis la fin de la semaine dernière dans une polémique au Royaume-Uni, après la publication d’un article du Times affirmant que des publicités d’un nombre notable de grandes entreprises et organisations avaient été publiées auprès de contenus extrêmes sur des plateformes internet du géant américain, dont YouTube.

Parmi ces messages controversés figurent des propos défendant le viol, des termes antisémites et des prêches incitant à la haine, a précisé le journal.

M. Brittin a réitéré fortement lundi des promesses faites par Google à ce sujet pour l’avenir. «Nous nous sommes engagés publiquement à faire mieux dans trois domaines: élever nos critères pour notre politique publicitaire ; simplifier les contrôles et ajouter des filets de sécurité automatique ; et investir davantage pour agir plus vite» lorsqu’un contenu extrémiste controversé est signalé par des utilisateurs.

En attendant, un nombre croissant de grandes entreprises ont suspendu leurs publicités sur Google. L’enseigne de grands magasins Marks and Spencer a ainsi retiré ses annonces lundi, emboîtant le pas des banques RBS et HSBC, des fast food McDonald’s ou encore des groupes de médias BBC et Guardian en fin de semaine dernière.

Le groupe publicitaire français Havas avait annoncé dès vendredi qu’il suspendait ses publicités sur Google et YouTube destinées au marché britannique.

Le 10, Downing Street a suspendu lui aussi ses publicités sur YouTube. Un porte-parole des autorités a dit «attendre de Google un plan et un calendrier pour améliorer la protection des publicités du gouvernement et garantir que cela ne se reproduise pas».

Des responsables du géant américain de la Silicon Valley devraient être reçus prochainement par des responsables du gouvernement.

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires