L’atelier Art pour Tous: nourrir l’envie de créer

Avec le soutien de
Olga Harel Sanglé-Ferrière, parmi les oeuvres des artistes qu’elle expose dans son atelier situé dans la zone industrielle à Phoenix.

Olga Harel Sanglé-Ferrière, parmi les oeuvres des artistes qu’elle expose dans son atelier situé dans la zone industrielle à Phoenix.

Une salle sponsorisée où des artistes peuvent donner des cours, animer des conférences et exposer. C’est le principe de l’atelier Art pour Tous, qui a ouvert ses portes dans la zone industrielle à Phoenix.

Comme un espace vital. Un atelier où des artistes peuvent donner des cours, y travailler, exposer. C’est le principe de l’atelier Art pour Tous. Il a ouvert ses portes au rez-de-chaussée de l’immeuble Le Hub, situé dans la zone industrielle à Phoenix.

À cette occasion, l’espace accueille une exposition des oeuvres de près de 40 artistes, des talents confirmés autant que des débutants. L’exposition sera visible du jeudi 23 mars au mardi 4 avril. Parmi les exposants : Fabien Cango, Françoise Hardy, Yves David, Jocelyn Thomasse, Roger et Bernard Charoux.

Cheville ouvrière de cet espace ouvert sur le monde de la création plastique: Olga Harel Sanglé-Ferrière.C’est avec ses amies – Alix Henry, Yvonne Raffray et Françoise Nozaïc– qu’elle avait exposée, il y a de cela quelques années. Consciente des difficultés des plasticiens à se montrer en dehors des galeries traditionnelles, le quatuor a eu une idée : «pourquoi ne pas faire un atelier?»

L’envie a fait du chemin, débouchant, il y a quatre ans sur l’ouverture d’un premier atelier à but non lucratif au Mon Choisy Mall. Si cet espace a fermé ses portes depuis, le désir de soutenir des artistes est resté intact.

«Le désir de soutenir des artistes est resté intact.»

Olga Harel Sanglé-Ferrière, qui pratique surtout le pastel 18e siècle, n’a pas abandonné l’idée. Elle renaît au Hub, dans la zone industrielle à Phoenix. «C’est possible grâce à la générosité des sponsors», précise la plasticienne. Elle cite «Vincent Rogers, CEO de Gaz Carbonique Ltée qui a fait la liaison entre les différentes entreprises installées au Hub, qui ont généreusement accepté d’aider les artistes».

La responsable se défend d’être une galeriste. «Je ne suis pas une commerçante. Nous demandons simplement aux artistes de donner 10 % du prix de vente d’une oeuvre pour continuer à faire vivre cette salle sponsorisée. L’acheteur négocie directement avec l’artiste». Une formule qui, elle l’espère, fera aussi connaître les jeunes talents. Outre la possibilité d’y donner des cours, la salle accueillera aussi des conférences sur l’art, animées par Salim Khodabaccus et Michèle Malivel. Une fois finalisé, le calendrier sera annoncé.

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires