Plateforme économique africaine: une chance pour une nouvelle coopération Sud-Sud

Avec le soutien de
(De g. à dr.) Étienne Sinatambou, Leela Devi Dookun-Luchoomun, le Premier ministre rwandais Anastase Murekezi, Pravind Jugnauth, Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’Union africaine et Vishnu Lutchmeenaraidoo dimanche 19 mars.

(De g. à dr.) Étienne Sinatambou, Leela Devi Dookun-Luchoomun, le Premier ministre rwandais Anastase Murekezi, Pravind Jugnauth, Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’Union africaine et Vishnu Lutchmeenaraidoo, dimanche 19 mars.

C’est une grosse délégation de 200 personnes qui sera présente ce lundi 20 mars et demain à l’hôtel Westin Turtle Bay, à Balaclava, pour lancer l’African Economic Platform (AEP). Ce rendez-vous est appelé à devenir l’équivalent du Forum économique mondial de Davos pour le continent africain. Il réunit chefs d’État et de gouvernement, ministres, hauts officiels de gouvernement, capitaines d’industrie, financiers, grands investisseurs sur le continent et académiques, entre autres.

Dimanche, le VIP Lounge de l’aéroport de Plaisance a accueilli un ballet de présidents et de Premiers ministres : cinq Premiers ministres, dont ceux du Swaziland, du Rwanda, de la Namibie, et des présidents de Madagascar, des Comores et du Zimbabwe. La présence de Robert Mugabe n’est pas passée inaperçue quand il est arrivé à 20 h 15 à l’hôtel, accompagné du ministre du Commerce Ashit Gungah.

C’est le Premier ministre Pravind Jugnauth qui procédera à l’ouverture de la nouvelle plateforme économique, suivie de l’intervention de Luisa Diogo, présidente de la Barclays Bank Mozambique. Deux séances plénières sont prévues ce lundi matin, nommément Made in Africa à travers les chaînes de valeur régionales et La zone de libre-échange continental: élargir les opportunités pour le commerce intra-africain, les affaires et les investissements.

Encourager le dialogue 

Maurice vit, en effet, à l’heure africaine. L’AEP a été créée au Rwanda en juillet 2016 quand des chefs d’État et de gouvernement se sont réunis au Sommet de l’Union africaine. La réunion est organisée par l’African Union Foundation, une structure de l’Union africaine (UA), qui a pour mission d’encourager le dialogue secteur public–secteur privé en Afrique.

La plateforme se veut un forum de discussions entre dirigeants africains politiques et le monde des affaires. Cela, pour la mise en œuvre de l’ambitieuse vision énoncée de l’UA, en l’occurrence l’Agenda 2063 – The Africa We Want. Cette vision traduit la volonté de l’Afrique à s’engager dans une transformation socio-économique durable dans les prochaines années et décennies afin de rehausser le niveau de vie de ses populations.

La tenue de cette conférence à Maurice témoigne du prestige dont jouit le pays sur la scène africaine en matière de développe ment socio-économique, de démocratie, de l’État de droit, de la stabilité sociale et de l’unité dans la diversité. En même temps, Maurice confirme son ambition de participer de manière plus engagée au développement du continent dans un esprit de coopération Sud-Sud et de partage. L’ouverture vers l’Afrique est un des principaux piliers de la nouvelle architecture de l’économie.

L’AEP répondra à plusieurs questions fondamentales sur le devenir de l’Afrique. Les principaux thèmes de la première séance sont le développement des ressources humaines, le commerce intra-Afrique, l’industrialisation et la libre circulation des personnes et des marchandises. Ces thèmes feront l’objet de discussions approfondies entre leaders politiques, dirigeants d’entreprises et académiques à Balaclava. Ils représentent des enjeux de développement vitaux pour l’émancipation du continent et sa capacité à se tenir sur ses propres jambes.

L’AEP se veut un espace de dialogue pour explorer les opportunités et rapprocher les pays africains autour des pistes de développement susceptibles d’offrir plus d’opportunités et de prospérité à la population. Les thèmes comme l’industrialisation, le commerce et la circulation des personnes ont pour but de redynamiser l’appareil de production des pays du continent et de créer de nouvelles filières d’activité économique dans un scénario d’intégration économique régional.

Grosses pointures…

Plusieurs dirigeants africains marqueront leur présence ce lundi matin à l’African Economic Platform. Parmi eux, Uhurru Kenyatta du Kenya, Hery Rajaonarimampianina de Madagascar, Azali Assoumani des Comores et Mahamoudou Issofo de Niger. De grosses pointures dans le privé ont aussi fait le déplacement. Nommément, Aliko Dangote, le propriétaire de Dangote Cement, la plus grosse cimenterie d’Afrique. Originaire du Nigéria, il est considéré comme l’homme le plus riche en Afrique. Un autre milliardaire est Tony Elumelu, qui possède une part majoritaire dans le capital de Transcorp, un conglomérat nigérian avec des intérêts dans l’hospitalité, l’agriculture et la production énergétique. Relevons également Vivian Reddy, Chairman d’Edison Power, et Widad Ibrahim, fondatrice de Bee Petroleum.

Accueil chaleureux 

Ambiance animée à l’aéroport de Plaisance dimanche. Maurice a voulu faire de cet événement une référence sur le continent africain. Les chefs d’État et de gouvernement ont été accueillis un à un par nos ministres. Tout a été mis en œuvre pour que l’arrivée des VVIP se passe sans anicroche. Parmi les invités les plus attendus: le président du Zimbabwe Robert Mugabe. Pravind Jugnauth a salué l’initiative de l’African Union Foundation et a dit espérer que la plateforme ait des effets positifs sur les thématiques qui seront discutées, notamment au niveau de l’investissement et du business.

Des invités de marque

Anastase Murekezi

Depuis juillet 2014, Anastase Murekezi assume le poste de Premier ministre du Rwanda. Auparavant, il était le ministre des Services publics. Il a aussi occupé, dans le passé, les postes de ministre du Travail et de l’Agriculture. Le président est Paul Kagame.

Hery Rajoanarimampianina 

Président de la Grande île depuis le 25 janvier 2014, Hery Rajoanarimampianina a été, avant les élections présidentielles de 2013, le ministre des Finances d’Andry Rajoelina. Hery Rajoanarimampianina a un parcours d’expert-comptable.

Kassim Majaliwa
 

Désigné Premier ministre de la Tanzanie par le président John Magufuli, Kassim Maja- liwa est en poste depuis novembre 2015. Il était ministre adjoint des Administrations régionales et des gouvernements locaux entre 2010 et 2015.

Saara Kuugongelwa-Amadhila 

En poste depuis mars 2015, Saara Kuugongelwa-Amadhila est la Première ministre de la Namibie. Elle est la première femme à occuper ce fauteuil. Elle a été ministre des Finances de la Namibie entre 2003 et 2015.

Barnabas Sibusiso Dlamini 

Premier ministre du Swaziland depuis 2008, Barnabas Sibusiso Dla mini avait occupé le poste en 1996 et 2003 avant d’entrer dans le conseil consultatif du roi Mswati III. Ce dernier est le monarque du Swaziland depuis 1986.

Robert Mugabe 

Robert Mugabe est le président du Zim babwe depuis 1987. Avant cela, il a occupé les fonctions de Premier ministre depuis 1980. Cela fait plus 40 ans qu’il est à la tête du Zimbabwe. Il est une figure contestée en politique locale et internationale, considéré comme un despote par certains ou un révolutionnaire par d’autres. En février 2017, lors de son 93e anniversaire, il a affirmé ne pas vouloir chercher de remplaçant.

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires