Une marche pacifique pour dire non à la violence faite aux femmes

Avec le soutien de
Plusieurs associations du Sud ont participé à une marche, puis à une causerie dans le Sud ce jeudi 16 mars.

Plusieurs associations du Sud ont participé à une marche, puis à une causerie dans le Sud ce jeudi 16 mars.

La violence faite aux femmes prend plusieurs formes et le comité régional de Grand-Port-Savanne souhaitait attirer l’attention sur ce fléau qui ronge la société. Une marche pacifique a été organisée pour sensibiliser le public à ce problème, et ce, en marge de la journée internationale de la Femme. «Nous voyons tous les jours des femmes qui sont abusées, battues et qui subissent toutes sortes de tortures physiques et morales», lance Lakshmi Gunessee, la présidente du comité.

La marche a commencé devant l’usine d’Aquarel Group, à Riambel, dès 10 h 30, ce jeudi 16 mars. Plusieurs associations du Sud, telles qu’Orchidée ou la Woman Association de Chemin-Grenier, qui viennent en aide aux femmes, étaient présentes. «Nous sommes reconnaissantes pour le travail qu’elles font», dit la présidente.     

Au terme de la marche, une causerie a été organisée au Women Empowerment Centre de Surinam, avec pour thème Briser le silence par apport à la violence domestique. «Nous avons aussi donné la parole aux femmes afin qu’elles puissent parler de leur vécu en cette journée», dit Lakshmi Gunessee. 

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x