La Mauritius Housing Company réfute les accusations du Dr Boolauck

Avec le soutien de
La Mauritius Housing Company demande que l’ordre intérimaire contre elle soit annulé.

  La Mauritius Housing Company demande que l’ordre intérimaire contre elle soit annulé.  

La Mauritius Housing Company (MHC) contre-attaque. Après avoir essuyé deux revers face aux affirmations du Dr Ranjivsingh Rishi Kumar Boolauck, Head Corporate Planning and Development à la MHC, elle réfute les allégations formulées par le Dr Boolauck contre la direction. Kreshan Narroo, secrétaire de la compagnie, a déposé un contre-affidavit en Cour suprême, mardi 14 mars.

À deux reprises, le Dr Boolauck avait obtenu des ordres intérimaires de deux différents juges en sa faveur. La MHC s’est vu interdire de mettre sur pied un comité disciplinaire contre son chef du département planification d’entreprise et développement.

Kreshan Narroo n’est pas passé par quatre chemins pour affirmer que les allégations de fraudes et de malversations faites par le Dr Boolauck sont infondées et injustifiées. Pour le secrétaire de la MHC, les affirmations contre l’équipe directionnelle visent à attaquer la crédibilité de cette institution.

Propos «sans fondement» 

Ces allégations «sans fondement», indique Kreshan Narroo, visent à faire les clients perdre confiance en la MHC. Il est reproché au Dr Boolauck d’avoir donné des renseignements à la presse ; informations qui ont été publiées sur les réseaux sociaux. Il lui est aussi reproché de n’avoir pas porté plainte devant le conseil d’administration de la MHC, mais d’avoir choisi de porter l’affaire devant la commission anticorruption. Et de la rendre publique.

Le secrétaire de la MHC précise que les allégations faites devant la commission anticorruption par le Dr Boolauck sont différentes des charges retenues contre lui par la direction, devant le comité disciplinaire. La MHC, dit-il, l’accuse de n’avoir pas respecté les clauses de confidentialité et les conditions d’emploi au sein de cette compagnie.

Cette affaire sera appelée ce mercredi 15 mars devant la juge Aruna Devi Narain, siégeant en référé. La MHC demande que l’ordre intérimaire contre elle soit annulé.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires